D’ici 2025, les taxis anversois devront rouler à l’énergie verte

L’administration communale d’Anvers a décidé que les taxis de la métropole devront se convertir à l’énergie renouvelable d’ici 2025. L’information rapportée par le quotidien De Tijd a été confirmée par l’échevin de la Mobilité, Koen Kennis. Pour les nouveaux taxis, la mesure entrera en vigueur dès le 1er janvier 2018. Le secteur demande des mesures de soutien, mais la ville serait uniquement prête à développer les infrastructures nécessaires et pas à donner un coup de pouce financier.

A l’heure actuelle, seuls deux taxis sur 450 roulent grâce à l'énergie électrique dans la métropole. C'est beaucoup trop peu pour une ville qui met en œuvre une politique durable en matière de parc automobile depuis plusieurs années. En 2017, l'administration a ainsi mis en place une zone basses émissions dans le centre-ville.

D'ici 2025, les compagnies de taxis devront donc basculer vers les véhicules hybrides, électriques, pile à combustible, hydrogène ou gaz naturel.

"Le nouveau règlement a été discuté avec le secteur et les deux plus grosses entreprises sont déjà occupées à expérimenter des véhicules tournant à l'énergie verte", explique l’échevin de la Mobilité, Koen Kennis (photo).

Les sociétés craignent cependant les couts élevés qu'engendrera l'opération, ainsi qu'une rentabilité en baisse. Le secteur demande doc des mesures de soutien, comme des bornes de rechargement et des subsides pour l'achat des nouvelles voitures.

La Ville s'est engagée à apporter son aide pour les infrastructures, mais elle ne veut pas financer la nouvelle flotte de taxis. L'échevin souligne que le secteur est en pleine transformation et que les véhicules verts deviennent de moins en moins chers.

Le Ring anversois, première autoroute éclairée aux lampes LED

Dès le début de l’an prochain, le périphérique anversois sera la première autoroute en Flandre à voir son éclairage classique remplacé par des lampes LED à basse consommation d’énergie. Les autres autoroutes de Flandre suivront progressivement.

Toute l’opération prendra quatre ans, mais elle permettra au gouvernement flamand d’économiser quelque 4 millions d’euros au total par an.

Un régime d’éclairage a également été fixé. Ainsi les lampes resteront allumées en permanence sur les périphériques d’Anvers et de Bruxelles. Sur les autres routes d’accès vers Anvers - comme l’E17, l’E313 et l’E314 - un éclairage dynamique est prévu. Ce qui signifie qu’il sera allumé ou pas et que son intensité sera adaptée à la situation sur les routes.

"Les poteaux d’éclairage sur les tronçons des autoroutes où la lumière restera allumée en permanence seront remplacés en premier lieu, en 2018. Suivront ensuite les tronçons où le régime d’éclairage sera dynamique", indique le ministre flamand à la Mobilité, Ben Weyts (N-VA).

"Dans les zones où l’éclairage a été récemment renouvelé, comme sur le tronçon Anvers-Bruxelles de l’E19, les poteaux ne seront plus remplacés". L’introduction de l’éclairage LED fait suite à un projet pilote mené ces dernières années, sur quelques kilomètres d’autoroutes. A savoir le long de l’A12, sur un bout du Ring anversois et sur l’E17. Ces tests ont été jugés positifs.