Les Flamands craignent surtout le terrorisme et l’immigration

Si l’on en croit l’étude annuelle des Indicateurs régionaux flamands (VRIND), les citoyens de Flandre considèrent le terrorisme et l’immigration comme les problèmes de société les plus importants à l’heure actuelle. La dette publique les inquiète également. Le score de satisfaction se situe néanmoins proche de 80%.

Seuls les Britanniques, les Français et les Italiens jugent que le risque d'une attaque terroriste est plus élevé dans leur pays que les Flamands. Ils jugent aussi que l'immigration et la dette publique sont respectivement les deuxième et troisième principaux problèmes de société auxquels ils sont confrontés, indique l’étude annuelle baptisée VRIND (Indicateurs régionaux flamands).

En dépit de ces préoccupations, les Flamands affichent un score de satisfaction de 7,8 sur 10. Ce score a toutefois reculé au cours des dernières années parmi les jeunes et les personnes isolées avec enfants.

Les principaux motifs d'insatisfaction décelés en Flandre sont le temps disponible et les revenus. Les Flamands appréhendent toutefois l'avenir avec un certain pessimisme. Trois sur quatre estiment que les différences de revenu entre les plus riches et les plus pauvres vont s'accroître et un quart seulement d'entre eux s'attend à ce que la qualité de l'environnement et de la nourriture s'améliore à l'avenir.

La plupart des Flamands ont régulièrement des contacts avec des voisins, des membres de leur famille ou des amis. Seuls 10% des personnes interrogées admettent avoir ce genre de contact "moins d'une fois par mois". Dans les villes, la proportion grimpe à 15%, révèle encore l'étude VRIND.