Le coach de judo accusé de gestes déplacés ne travaille plus pour la fédération

Le coach de judo mis en cause pour des gestes déplacés ne travaille plus pour la Fédération flamande de judo(VJF). L’information est révélée ce samedi par les quotidiens De Standaard et Het Nieuwsblad.
This content is subject to copyright.

Depuis plusieurs jours, un poste de "directeur technique des sports de haut niveau" est vacant à la Fédération flamande de judo.

L'homme de 55 ans avait déjà été retiré du cadre actif après avoir été accusé au printemps dernier par plusieurs ex-judokates de gestes déplacés à caractère sexuel. Ces témoignages avaient montré qu'il existait, dans le monde du judo, une sorte de culture du harcèlement sexuel. Plusieurs entraîneurs avaient été mis en cause dont ce directeur technique.

L'homme avait été retiré du cadre actif en mai dernier dans l'intérêt de l'enquête. Et il a été décidé à présent d'un commun accord de mettre fin à la collaboration avec lui, a déclaré le président de VJF Kristof Van de Putte.

L'entraîneur a toujours catégoriquement nié les allégations dont il fait l’objet comme des "accusations diffamatoires". Son avocat, Walter Damen, affirme dans De Standaard qu'il est en mesure de réfuter toutes les allégations. "Il n' a jamais eu l'intention de causer du tort à la fédération de judo, déclare Walter Damen. "Or, le fait de faire remplir une fonction par quelqu’un retiré du cadre actif a coûté beaucoup d’argent la fédération. Ce problème est à présent réglé".

Un comité d'éthique indépendant de la VJF examine actuellement l'ensemble du dossier.