"Depuis le 1er août, trois Soudanais ont déjà été renvoyés vers leur pays d’origine"

Le secrétaire d'État à l'Asile et aux Migrations Theo Francken (N-VA) a déclaré ce dimanche midi dans l’émission "De zevende dag" (VRT) qu'il avait déjà renvoyé des Soudanais arrêtés dans le parc Maximilien, à Bruxelles. Si au début de l’émission il n’avait pas mentionné de nombre, il a annoncé ensuite que depuis le 1er août, trois Soudanais avaient déjà été renvoyés. La semaine prochaine, un juge liégeois se prononcera sur le bien-fondé de l'expulsion de 26 Soudanais détenus au centre de détention de Vottem.

Lundi dernier, le président du tribunal de première instance de Liège avait interdit l'expulsion des ressortissants soudanais détenus au centre fermé de Vottem et leur identification par la délégation soudanaise. La Ligue des droits de l'Homme (LDH) avait déposé une requête unilatérale. Theo Francken a annoncé qu'il introduirait une tierce opposition.

"Vous devez m’expliquer pourquoi c’est illégal d’expulser vers le Soudan une personne qui serait venue illégalement en Belgique et refuserait de demander l’asile chez nous ?" a ajouté Theo Francken. Mardi prochain le juge devrait prendre une décision sur le fond.

A la question de savoir si des Soudanais avaient déjà été renvoyés depuis ? "Oui un certain nombre" a répondu Francken. "Le procès se poursuit mais notre administration ne s’arrête pas".

Si des migrants ne veulent pas demander l’asile en Belgique, il y a selon lui deux options : si possible les renvoyer vers le pays de l’UE où ils ont été enregistrés pour la première fois, ou alors les renvoyer dans leur pays d’origine.

Par la suite Theo Francken a confirmé qu’un Soudanais avait encore été rapatrié hier. Depuis le 1er août, trois ont été expulsés vers le Soudan et 54 vers le pays de l’UE où ils étaient entrés. Trois Soudanais sont aussi rentrés volontairement.

Un certain nombre de Soudanais détenus au centre fermé de Vottem ont commencé à demander l’asile en Belgique. "Enfin" ajoute Francken. "Je pense que plus de 20 demandes d’asile ont été déposées. S’ils demandent l’asile, leur demande sera traitée. Je préfère qu’ils demandent l’asile même si le taux de reconnaissance pour les Soudanais n’est que de 50 à 55%".