Le nombre de tailleurs a diminué de moitié en dix ans

Au cours des dix dernières années, le nombre de tailleurs de diamants actifs en Belgique a diminué d’environ 50%. Il reste actuellement encore 650 tailleurs dans notre pays, qui travaillent avant tout à Anvers, en Campines et en Flandre occidentale, précise la chaîne régionale Radio 2 Anvers (VRT). Une grande partie du secteur, renommé dans le monde entier, a déménagé vers des pays à bas salaires.
AFP or licensors

"L’emploi dans ce secteur connait une tendance à la baisse ", précise Melissa Smet, directrice du Syndicat de l’industrie du diamant belge. La plupart des tailleurs de diamants dans notre pays travaillent encore au centre d’Anvers et en Campines.

Un plus petit nombre de tailleurs est actif en Flandre occidentale. C’est qu’une bonne partie du secteur a progressivement déménagé vers des pays à bas salaires, comme l’Inde. Anvers est aujourd’hui spécialisée dans le travail de taille plus compliqué.

L’âge moyen des tailleurs de diamants est assez élevé. "Il se situe maintenant à presque 47 ans", précise Melissa Smet. "Nous essayons d’y remédier en investissant dans les formations. Afin que le savoir-faire soit transmis à la jeune génération".

Quelque 6.600 personnes travaillent actuellement dans le secteur du diamant en Belgique. La plupart d’entre elles sont néanmoins actives dans la vente des pierres précieuses.

Anvers traite un quart des diamants bruts du monde

Anvers reste néanmoins le leader mondial pour le commerce du diamant brut, selon les derniers chiffres de Kimberley Process, une instance qui lutte contre les diamants du sang. L'Union européenne - représentée à 99,9% par Anvers - a traité 27,16% des diamants bruts du monde l'an dernier, contre 19,12% en Inde et 15,62% à Dubaï.

Au total en 2016, Anvers a traité pour 48,05 milliards de dollars de diamants bruts et taillés. Le secteur diamantaire anversois emploie 6.600 personnes dans environ 1.700 entreprises liées au diamant. Indirectement, le secteur fait travailler 20.000 personnes dans l'horeca, le transport ou encore les assurances.

Ce chiffre est stable, alors que des emplois ont été perdus pendant plusieurs années dans la taille du diamant, qui a principalement été délocalisée vers l'Inde. Dans le cadre du processus de vente des diamants, 84% des bruts et 50% des taillés du monde passent par Anvers.

Ce secteur représente 5% de toutes les exportations belges. Annuellement, environ 134 millions de carats (1 carat = 0,2 gr) sont produits par les pays producteurs que sont la Russie, le Botswana, le Canada, l'Australie, le Congo ou encore l'Angola.

Couronne de tsar et bijoux royaux au MAS

Le musée anversois Museum aan de Stroom (photo) présente l'exposition "L'éclat du désir", qui met en scène les différentes symboliques du diamant. L'évènement, qui se tient du 18 octobre au 14 janvier 2018, marque le début des festivités organisées durant cinq mois par la ville d'Anvers en l'honneur du diamant.

Les visiteurs pourront notamment découvrir la bague de fiançailles de Marie de Bourgogne, la couronne de Marie de la cathédrale d'Anvers, le diadème de Cartier de la reine Elisabeth de Belgique ou encore la réplique en diamants de la couronne des tsars.

Ces objets sont exposés avec des oeuvres d'art d'illustres peintres, comme Rubens, toujours en rapport avec les diamants. L'exposition marque le début de cinq mois d'activités en tous genres jusqu'en mars 2018, réunies sous le slogan "In Antwerp we speak diamond - Diamond Capital since 1447".

Flip Franssen