De nouveaux bénéficiaires vont pouvoir émarger au tarif social du gaz

Plusieurs milliers de Belges (environ 5.000) en plus des 258.000 actuels vont pouvoir émarger au tarif social du gaz, selon un avis de la CREG que s'apprête à suivre le ministre de l'Economie Kris Peeters, écrit mardi le journal Le Soir. Le ministre CD&V était d'ailleurs à l'initiative de la demande d'avis. Le tarif social permet une réduction de la facture pouvant atteindre plusieurs centaines d'euros par an.

Concrètement, les critères d'adhésion au tarif social vont être élargis. Pourront en bénéficier les résidents d'un immeuble à chaudière au gaz collective appartenant entre autres à une agence immobilière sociale (AIS) ou à un fonds du logement.

Jusqu'ici n'étaient concernés que les appartements chauffés par une installation collective de chauffage au gaz, appartenant aux trois fonds du logement régionaux, wallon, bruxellois et flamand.

L'extension des critères à l'ensemble des fonds et AIS concernerait 1.853 appartements, soit environ 5.000 personnes, pour un coût de 472.515 euros à charge du "fonds clients protégés gaz" alimenté par les clients payant le tarif normal.

A également été étudiée la piste d'étendre les critères à certains CPAS gérant une chaudière collective au gaz à des fins sociales. Plusieurs milliers de Belges supplémentaires seraient concernés, pour un coût de 3,2 millions d'euros.

Les consommateurs au tarif normal verraient leur cotisation augmenter de 0,85 euros, un geste financier de solidarité.
Le ministre Peeters doit encore se concerter avec les Régions et soumettre des arrêtés rencontrant les doléances budgétaires du gouvernement fédéral.