Survol de Bruxelles : des bourgmestres flamands menacent d’aller en justice

Les bourgmestres de certaines communes flamandes autour de l’aéroport de Zaventem comptent aller devant les juges, car ils craignent que la décision de justice par le tribunal de Bruxelles entraine davantage de nuisances sonores au-dessus de leur commune, selon De Tijd.
Design Pics / LJM Photo

Les bourgmestres de Steenokkerzeel, Kampenhout et Kortenberg voient d’un mauvais œil le verdict prononcé par le tribunal de première instance de Bruxelles en juillet. Le tribunal exige un arrêt des violations des nuisances sonores au-dessus des trois couloirs aériens de Bruxelles (la Route du Canal, la Route du Ring et la route d’atterrissage vers la piste 01). Si ce jugement entre en application, cela entrainerait plus de trafic aérien au-dessus des communes flamandes.

Décision politique équilibrée

Le juge a accordé quatre mois au ministre fédéral des Transports, François Bellot (MR), pour prendre une décision : soit cesser les violations de l'arrêté bruit de la Région bruxelloise, soit expliquer les raisons pour lesquelles c’est impossible. Si le ministre ne peut donner de réponse d’ici le 25 novembre, il risque une astreinte de 100 000 euros par semaine.

Les bourgmestres flamands sont en faveur d’une répartition équitable des nuisances sonores et espèrent que le ministre va opter pour une décision politique équilibrée. Dans le même temps, il trouve également que la Flandre subit de plus en plus de nuisances. Selon le bourgmestre de Steenokkerzeel, Krut Ryon (N-VA), c’est déjà perceptible : "Depuis le jugement du tribunal de Bruxelles, nous remarquons que les avions au-dessus du Brabant flamand, que ce soit au nord ou à l’ouest de la périphérie, contournent Bruxelles pour éviter de payer une amende." Avec cette action, les bourgmestres montrent les dents et souhaitent mettre un terme aux nuisances sonores supplémentaires sur le territoire.