"Que les différents services collaborent mieux entre eux"

"Le gouvernement doit mettre en œuvre toutes les recommandations de la commission d’enquête parlementaire sur les attentats du 22 mars", a déclaré Patrick Dewael, (Open VLD) le président de cette commission lors de l’émission Villa Politica (VRT). Selon lui, la décision la plus importante à prendre serait de faire en sorte que les différents services -qui travaillent pourtant bien- collaborent mieux entre eux.

"L'architecture est bonne, mais il faut de meilleures connections entre les différentes services", a déclaré Patrick Dewael. "La Sûreté de l'État, la police, le service de renseignement de l’armée, l'OCAM: ils travaillent tous très bien de leur côté, mais doivent mieux travailler ensemble, car certaines opportunités ont été manquées".

Le commission ne pointe toutefois personne en particulier.

"La vérité est plus nuancée", estime Patrick Dewael. Pourtant, l'an dernier, le ministre de l'Intérieur Jan Jambon (N-VA) s’en était pris à un officier de liaison en Turquie qui, selon lui, n'avait pas communiqué d'informations importantes à Bruxelles.

"La commission n' a pas pu établir que cet homme avait commis une faute", conclut Patrick Dewael.

La commission d'enquête s'est également penchée sur le rôle de l'islam radical. Selon Patrick Dewael, l'islam radical n'est pas si facile à combattre. "Le salafisme ou le wahabisme n'est pas compatible avec notre État démocratique", a-t-il déclaré sans équivoque. Il estime qu’il n’est pas concevable que l'Arabie saoudite finance la Grande Mosquée de Bruxelles".

C'est ce jeudi que le rapport de la commission d’enquête sur les attentats de Bruxelles doit être voté en séance plénière de la Chambre. Un rapport de 939 pages qui rassemble les témoignages de 199 personnes, venues en commission parler de renseignements, de sécurité, de secours, de radicalisation, de failles dans les communications lors du 22 mars 2016.

Le travail parlementaire ne s'arrête toutefois pas à ces recommandations. Pour s'assurer de leur mise en œuvre et rester vigilant face à l'évolution du terrorisme, la commission d'enquête recommande aussi la création d'une commission de suivi.