Plus de 3 milliards de subsides en moins pour les parcs éoliens offshore

Le conseil des ministres a validé ce vendredi l’accord sur le mécanisme de soutien pour les parcs éoliens Northwester 2, Mermaid et Seastar en mer du Nord. Ils seront construits pour 2020 avec 2,3 milliards d’euros de subsides au total, sur une durée maximale de 17 ans. C’est plus de 3 milliards d’euros en moins que les quelque 5,5 milliards que leur aurait octroyé l’ancien système de soutien, a appris la VRT de source confidentielle. La ministre de l’Energie, Marie Christine Marghem, et le Secrétaire d’Etat à la Mer du Nord, Philippe De Backer, s’en sont réjouis.

"Les trois parcs seront construits à un "Levelized Cost of Energy", c'est-à-dire un coût actualisé d'énergie de 79 euro/MWh, au lieu d'un prix moyen de 138 euro/MWh fixé à l'époque du gouvernement précédent. La période de soutien est fixée à 16 ans, et elle peut être prolongée d'un an en cas de moins bonnes conditions de vent", selon un communiqué du conseil des ministres.

Le prix pratique est ainsi très proche de celui pratiqué par les pays voisins. Les Pays-Bas, par exemple, construisent les parcs éoliens de Borssele à un prix plus ou moins équivalent mais d'autres conditions sont d'application.

La construction débutera après 2020. "Cet accord est une bonne nouvelle pour tout le monde: la sécurité des investissements des entreprises belges est garantie, le consommateur paie moins sur sa facture pour l'éolien offshore et notre pays s'engage clairement pour atteindre les objectifs climatiques et énergétiques 2020. Avec la construction des trois derniers parcs éoliens, 2.200 MW d'énergie éolienne offshore sera opérationnelle à l'horizon 2020", a commenté Marie Christine Marghem (MR).

"Grâce à ce prix, nous réalisons une économie de 11 euros/an sur la facture d'électricité du consommateur. Le gouvernement a déjà diminué le soutien aux éoliennes offshore de 1,1 milliard d'euros l'année passée. Avec cette économie supplémentaire de 3,9 milliard d'euros nous suivons la tendance internationale de diminution des prix pour l'éolien offshore", a renchéri Philippe De Backer (photo).