Nouvelles bagarres, à la rue de Brederode, à Anvers

Une quarantaine de personnes ont été arrêtées administrativement et quatre personnes ont été blessées (dont un inspecteur de police), dans la nuit de dimanche à lundi à Anvers, lors d’une nouvelle poussée de violence aux alentours de la rue de Brederode (photo). Deux personnes ont été arrêtées judiciairement pour port d’armes illégales. Les bagarres auraient à nouveau opposé des habitants turcs du quartier et des Kurdes. Le bourgmestre Bart De Wever a introduit une interdiction de rassemblement dans le quartier, pour une durée d’un mois au moins.

Après une première poussée de violences vendredi entre Turcs et Kurdes dans le quartier - qui avait fait plusieurs blessés et entrainé 47 arrestations administratives et une judiciaire -, la soirée de dimanche a aussi été émaillée de nouvelles tensions. "Les membres de l'équipe de médiation ont été attaqués par une centaine de personnes. Rapidement les forces de police ont repris le contrôle de la situation. Un policier a été blessé et a été transporté à l'hôpital", communique la police.

Les premiers incidents auraient débuté dans un café dans la rue de Brederode. D’après certains habitants turcs du quartier, les tensions auraient été provoquées par des provocations émanant de partisans du mouvement kurde PKK, considéré comme terroriste. L’organisation kurde NavBel parle plutôt d’une violence organisée à l’encontre de citoyens et de commerces kurdes.

Vers 22h, les fauteurs de troubles ont à nouveau perturbé le retour au calme et s'en sont pris à la police avec des bâtons et barres de fer, ainsi que des bombes incendiaires. "Il était aussi question d'une arme lourde, mais la police n'est pas en mesure de confirmer. Un pistolet léger a toutefois été retrouvé", indique le bilan délivré par la police.

A l’issue de la bagarre, la police a confisqué tout un "arsenal d’armes", comprenant notamment des bâtons, des barres en métal, des tuyaux, des sticks de hockey et de lourdes pierres (photo).

Interdiction temporaire de rassemblement

Entretemps, le bourgmestre d'Anvers Bart De Wever (photo) a établi une interdiction de rassemblement, pour une semaine au moins, dans le quartier de la rue de Brederode. Cette durée a été prolongée à un mois en fin de journée. 

Après le retour au calme, la police a continué à patrouiller quelques heures dans les environs pour vérifier le respect de l'interdiction. "Plusieurs petits comités ont violé l'interdiction, donnant ainsi lieu à des arrestations administratives".

Les tensions avaient débuté vendredi, lorsqu'un bus de la campagne "Free Ocalan" (du nom du leader kurde emprisonné par la justice turque) avait abouti - par erreur - dans la rue de Brederode, où vivent de nombreux immigrés turcs. Des affrontements avaient alors donné lieu à près d’une cinquantaine d’arrestations, presque toutes administratives.