"Ce que j’ai dû subir dans mon train est indescriptible et scandaleux"

"Ce que j’ai dû subir avec mon accompagnateur de train est purement scandaleux, c’est un comportement indescriptible et maladif", a expliqué Kevin, le conducteur du train, reliant Ottignies à Bruxelles, sur lequel ont eu lieu les incidents mardi soir. Les passagers sont finalement arrivés à Bruxelles à 3h du matin. Six suspects ont été identifiés mais ils n'ont pas été arrêtés.

Kevin, le conducteur du train a écrit un long post sur Facebook dans lequel il raconte qu’une centaine de jeunes qui revenaient d’une soirée Halloween organisée au parc d’attraction Walibi à Wavre ont provoqué des incidents et déclenché à plusieurs reprises le système d'alarme dans son train avant 22h.

Des passagers ont été maltraités, un vitre a été brisée, une bagarre a aussi éclaté entre les jeunes et le conducteur et son accompagnateur ont été maltraités.

Vers 21h30, la police a reçu plusieurs appels concernant une centaine de jeunes qui importunaient des voyageurs sur le quai et dans un train. La situation a dégénéré lorsque, vers 22h, un des fauteurs de trouble a actionné le signal d'alarme, entraînant le freinage d'urgence.

Le train s'est alors immobilisé dans un tunnel à l'entrée de la gare de Boitsfort. "Le train a ensuite été évacué à la gare", ajoute le porte-parole de la police fédérale, Peter De Waele. "Après l'évacuation, six suspects ont été identifiés, dont celui qui a sans doute actionné le signal d'alarme."

Les suspects n'ont pas été privés de liberté ou mis à la disposition du parquet. "C’est incompréhensible", a réagi Kevin à Radio 2 Oost-Vlaanderen (VRT). "Ce n'était pourtant pas un petit incident. Tout le train sentait le cannabis et il y a eu beaucoup de dégâts. Qui va payer pour tout ça ?"

Ce n'est pas la première fois que Kevin, le conducteur du train, est confronté à de la violence. Il y a plus d'un an, il a dû déjà faire face à des jeunes gens agressifs qui venaient également de Walibi.

La SNCB déclare que son personnel est formé pour faire face à de telles situations. "Mais cela n'est certainement pas agréable de vivre", a commenté le porte-parole. "Le conducteur de train a bien fait d' appeler la police. Kevin a déclaré qu'il se sentait déjà fortement soutenu par la direction des chemins de fer et par ses collègues.

L’usage abusif du signal d’alarme constitue une infraction grave. La SNCB pourrait demander une indemnisation pour recouvrir le préjudice direct ou indirect qu’elle a subi. Non seulement les minutes seront comptabilisées, mais aussi "les demandes de compensation de retard que les passagers adresseront à la SNCB, le trajet en bus ou en taxi par exemple.

À noter que l’usage abusif du signal d’alarme est également punissable au pénal.