Le MR ne veut pas discuter de la fusion des polices à Bruxelles avant l’été

Le Mouvement Réformateur (MR) reste peu enthousiaste à l’idée d’une fusion des six zones de police de Bruxelles. Selon Philippe Pivin, bourgmestre de Koekelberg, on peut mettre en place une telle fusion seulement si on peut en démontrer la valeur ajoutée. Il attend les conclusions d’un rapport de trois experts commandité par le ministre de l’Intérieur Jan Jambon (N-VA) avant de se pencher sur la question.

"On ne doit pas exploiter les événements du week-end dernier pour exiger une fusion des polices", explique Philippe Pivin à VRT NWS. "Le ministre de l’Intérieur, Jan Jambon (N-VA), a encore dit en commission de la Chambre qu’on avait besoin de plus de sérénité dans ce dossier."

Attendre les conclusions

"On peut mettre en place une telle fusion seulement si on peut en prouver la valeur ajoutée. Cependant, une fusion n’est vraiment pas la solution miracle à tous les problèmes", estime le vice-président de la commission Affaires intérieures. Il attire également l’attention sur le fait que les chefs de corps des six zones se réunissent régulièrement pour analyser comment ils peuvent mieux collaborer. "On ne trouve pas de partisans, ni dans les corps, ni auprès des bourgmestres", ajoute-t-il.

Il préfère attendre les conclusions des trois experts qui ont reçu la mission de se pencher sur la problématique des zones de police. "D’ici l’été prochain, le rapport devrait être prêt, il serait donc raisonnable d’attendre les conclusions après les élections communales de l’année prochaine."