Charles Michel et Mariano Rajoy se sont parlé à Göteborg

Les Premiers ministres belge et espagnol (photo) se sont rencontrés brièvement ce vendredi matin en marge du sommet social européen organisé à Göteborg, en Suède. C’est ce qu’a confirmé l’entourage de Charles Michel. Leur conversation a porté notamment sur les Agences européennes basées à Londres - pour lesquelles de nouvelles villes hôtes doivent être choisies lundi -, et sur la possible nomination de la commissaire générale de la police fédérale Catherine De Bolle à la tête d’Europol.

Les relations diplomatiques sont tendues depuis plusieurs semaines entre l’Espagne et la Belgique, après que le Premier ministre Charles Michel ait été l’un des seuls chefs d’Etats européens à critiquer l’intervention musclée de la police espagnole pendant le referendum sur l’indépendance de la Catalogne.

Le président déchu du gouvernement catalan Carles Puigdemont (photo) et quatre de ses ex-ministres se trouvent en exil en Belgique depuis une quinzaine de jours et doivent comparaître ce vendredi devant la Chambre du conseil de Bruxelles, dans le cadre des cinq mandats d’arrêt européens émis par l’Espagne. L’audience doit se tenir à huis clos.

La Chambre du conseil du tribunal de première instance statuera sur l’exécution de ces mandats d’arrêt lancés le 3 novembre aux motifs de "rébellion, sédition, détournement de fonds publics et désobéissance à l’autorité", des faits passibles, en Espagne, de 30 ans d’emprisonnement. Officiellement, cette affaire doit être traitée par la justice, mais il n’est pas clair si Charles Michel et Mariano Rajoy l’ont abordée ce vendredi matin lors de leur entrevue à Göteborg.

Les deux hommes se sont par contre entretenus de la possible nomination de la commissaire générale de la police fédérale Catherine De Bolle (photo) à la tête d’Europol. La Belge serait l’une des deux personnes pressenties au poste. Il avait été craint que l’Espagne suspendrait son soutien à la candidature de De Bolle en raison des tensions diplomatiques entre les deux pays.

Les deux chefs d’Etats ont également discuté des deux Agences européennes installées à Londres et qui devront être relocalisées à la suite de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. Tant Barcelone que Bruxelles sont candidates pour accueillir ces deux agences. La décision doit tomber lundi.