L’Ecole du Parc Maximilien reçoit le Prix belge des droits de l’Enfant

Le collectif d’enseignants qui, depuis deux ans, offre un appui scolaire, socio-culturel et administratif aux enfants migrants et réfugiés au départ du Parc Maximilien à Bruxelles, s’est vu remettre samedi au Parlement fédéral le premier Prix belge des droits de l’Enfant (photo). Le jury national composé de 20 jeunes âgés de 12 à 18 ans a tenu à honorer ainsi le travail de cette école originale.

"Ce prix est une reconnaissance pour le travail bénévole mené depuis plus de deux ans par toute l'équipe du projet, depuis son lancement dans le Parc Maximilien (photo archives) jusqu'à son établissement à Jette", a déclaré Nadia Echadi, de l'Ecole, ce samedi après-midi au Parlement fédéral.

Ces dernières semaines, le jury de jeunes âgés de 12 à 18 ans a rencontré une trentaine de structures, associations et individus actifs en faveur des droits des Enfants et a analysé leur travail au regard de sept critères. Les dix francophones et dix néerlandophones, sélectionnés à la suite d'un appel à candidature au sein d'organisations de terrain, avaient au préalable suivi des formations aux droits de l'enfant, déterminé ces sept critères d'éligibilité et interrogé les candidats.

Huit initiatives figuraient parmi les finalistes. "Au final, le choix de primer l'Ecole du Parc Maximilien s'est imposé au vu des besoins concrets et immédiats auxquels cette initiative répond, et au côté durable de cette initiative qui est clairement vouée à durer", explique Gino Aytas, membre du jury.

Le Prix, mis sur pied par le Délégué général aux droits de l'Enfant, le Kinderrechtencommissariaat et l'ONG Plan international, s'est focalisé cette année sur les initiatives en Fédération Wallonie-Bruxelles. Il prendra un caractère national dès son édition 2019, après une année concentrée sur les projets en Flandre et à Bruxelles. Financé par Fifty-One International, il est doté d'un chèque de 10.000 euros pour le projet.