L’armée belge envoie deux hélicoptères au Mali

La Belgique enverra en février 2018 au Mali deux nouveaux hélicoptères NH90 (photo), ainsi que cinquante militaires chargés de leur utilisation. C’est ce qu’a annoncé le ministre de la Défense Steven Vandeput ce jeudi à l’issue du conseil des ministres. Les deux "Caïman" seront affectés au transport de troupes et à l’évacuation médicale. Les hélicoptères seront opérationnels sur place à partir de mars prochain.

Près de 150 Casques bleus sont déjà décédés au Mali. Cette mission de quatre mois - prolongeable encore deux mois - n’est pas sans danger, reconnait le ministre de la Défense, Steven Vandeput (photo). "C’est une région en guerre, et des risques sont toujours liés à la guerre. Mais les Belges travailleront depuis une base des Nations Unies sécurisée. Parfois ils devront voler au-dessus de régions plus dangereuses". Les deux nouveaux hélicoptères belges et leur équipage y arriveront en février prochain.

La Défense belge est déjà présente dans la région du Sahel. Elle contribue à la mission européenne d'entraînement "European Union Training Mission" (EUTM-Mali) au quartier général de Bamako et au centre d'entraînement de Koulikouro.

"Nous constatons que la mise en œuvre de l'accord de paix de 2016 n'est pas évidente", a expliqué le ministre. La Belgique livre une aide supplémentaire à cette mission de paix parce qu’elle est dirigée actuellement par un général belge. C’est aussi un moyen de soutenir la candidature de la Belgique à un siège temporaire au Conseil de sécurité des Nations Unies.

Participation belge en Irak aussi

Le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders (photo archives), a annoncé de son côté l'envoi de trois experts en Irak, dans la zone internationale de Bagdad.

Ils participeront à une opération civile de l'Union européenne en vue de renforcer l'architecture de sécurité en Irak.