L’overdose numérique stresse un tiers des Belges

Si l’on en croit une enquête menée par par iVox, pour le compte de la camapgne « Ma facture, mon choix », un tiers des Belges se disent "submergés" par le flux incessant d’informations digitales. La moitié des personnes interrogées affirment que la consultation de leurs e-mails constitue à la fois leur première et leur dernière tâche de la journée.
© Reporters - Rosaria D Aquino

Les courriels professionnels représentent une source de stress pour un Belge sur quatre. La moitié des personnes interrogées se prononcent ainsi en faveur d'une loi contre l'obligation de lire et de répondre à ses mails après les heures de bureau.

Un Belge sur cinq se sent ainsi "dépourvu et stressé" quant à la pression croissante ressentie par rapport au traitement des relations en ligne avec les autorités, les entreprises ou ses proches. C’est particulièrement vrai pour les personnes de plus de 55 ans et celles qui ont un niveau moindre d'éducation. Plus de la moitié des citoyens interrogés estiment ainsi que les entreprises, institutions et autorités publiques ne devraient pas pouvoir les "obliger" à être actifs par les voies électroniques.

Un tiers des personnes ayant répondu à l’enquête se prononcent en faveur d'un retour aux factures papier, même s'ils redoutent des frais supplémentaires. "Ma facture, mon choix" milite pour la possibilité de choisir librement entre des factures et documents administratifs en ligne ou en version papier.

L'enquête, menée auprès d'un échantillon de 1.655 Belges, a été publiée ce jeudi, à la veille de la Journée sans courriel.

SAMUEL ASHFIELD/SCIENCE PHOTO LIBRARY