Un accident ferroviaire à Morlanwelz fait deux morts

Le tragique accident s’est produit lundi soir sur un passage à niveau à Morlanwelz, dans le Hainaut, où des travaux de réfection étaient en cours à la suite de l’incendie d’un véhicule fauché par un train en matinée. Deux travailleurs d’Infrabel (gestionnaire du réseau ferroviaire) ont été tués par un train qui s’était détaché de son remorqueur et deux autres ont été grièvement blessés. Cinq personnes se trouvant à bord d’un train de voyageurs ont été blessés dans une seconde collision engendrée par le convoi détaché. Ce mardi soir, le trafic ferroviaire restait perturbé sur la ligne Charleroi-Mons à la suite du double accident.

Lundi matin, un train avait fauché un véhicule qui s'est enflammé à proximité du parc de Mariemont à Morlanwelz. L'incendie n'a pas fait de blessé, mais a endommagé l'automotrice et a paralysé la dorsale wallonne entre Mons et Charleroi. En début de soirée, les équipes techniques d'Infrabel devaient remplacer deux portions de 6 mètres de rail ainsi qu'un boîtier de signalisation endommagés sur la ligne 112 reliant La Louvière à Charleroi afin de rétablir le trafic ferroviaire mardi matin.

Lors de la manœuvre de remorquage, peu avant 20h, le convoi accidenté s'est soudain détaché du train de relevage à Piéton et a roulé sur environ 14 kilomètres, a détaillé Luc Lallemand, CEO d'Infrabel, lors de la conférence de presse. La raison de l’incident tragique est encore inconnue, selon un communiqué d'Infrabel et de la SNCB, qui indique que le train a "pris de la vitesse, se dirigeant vers La Louvière-Sud".

Avertis de la rupture de l'attelage par le conducteur d'un autre train, les opérateurs de la cabine de signalisation ont coupé l'alimentation sur la ligne, en vain. Le convoi a alors fauché les travailleurs d'Infrabel qui réparaient les voies à Morlanwelz. Les pompiers de La Louvière, contactés vers 19h50, ont envoyé trois SMUR ainsi que trois ambulances sur les lieux (photo). Ils ont constaté la mort de deux ouvriers et deux blessés graves ont été transportés dans des hôpitaux de la région.

Deuxième collision sur le rail

Le plan d'intervention d'urgence a par ailleurs été enclenché. Mais après ce premier accident, le convoi a poursuivi sa course vers Mons et a percuté un train de passagers à Bracquegnies, près de La Louvière, faisant cinq autres blessés légers ou moyens à bord. Les pompiers ont été appelés environ 20 minutes après le premier appel.

Un deuxième plan d'intervention d'urgence a été enclenché et des SMUR provenant de La Louvière ainsi que d'autres localités se sont rendus sur les lieux. Les blessés, le conducteur de train, l'accompagnateur et trois voyageurs, ont été hospitalisés.

Plusieurs enquêtes sont en cours et l'auditeur du travail s'est saisi du dossier. Infrabel et la SNCB indiquent collaborer pleinement à l'enquête en cours. Présent à Morlanwelz, le ministre de la Mobilité François Bellot (photo archives) a adressé ses pensées aux victimes et à leurs familles. Il a exprimé sa solidarité pour "ces travailleurs qui s'investissent au quotidien".

Ce mardi soir, le trafic ferroviaire restait perturbé sur la ligne ferroviaire Charleroi-Mons. Le gestionnaire de l'infrastructure ferroviaire Infrabel a reçu en début d'après-midi l'autorisation de l'auditorat du travail pour réparer les cinq aiguillages endommagés situés près de La Louvière-Sud et espérait pouvoir annoncer une reprise partielle du trafic pour l'heure de pointe du soir. Mais les travaux prennent plus de temps que prévu.

"Le travail est toujours en cours. Nos équipes sont mobilisées", indique Frédéric Sacré, porte-parole d'Infrabel. "Outre les cinq aiguillages endommagés, la principale difficulté réside dans l'évacuation des trains accidentés. L'auditorat du travail nous a autorisé à les tracter, mais sans toucher aux attelages, qui sont au coeur de l'enquête. Cela complexifie la tâche."

Le porte-parole précise qu'une concertation était prévue dans la soirée avec la SNCB afin d'envisager une réouverture partielle du trafic pour mercredi. "Mais tout ne sera pas rétabli", avertissait-il. La SNCB devrait communiquer dans la soirée le dispositif qui sera mis en place à l'attention des voyageurs pour mercredi.

Plan de transport alternatif

A la suite de l'accident ferroviaire mortel, un plan de transport alternatif a été mis en place mardi par la SNCB. Celui-ci est reconduit pour mercredi, a assuré la porte-parole de la société de transport ferroviaire. Aucun train ne peut circuler entre Obourg, à proximité de Mons, et Charleroi.

Les ouvriers d'Infrabel étaient toujours occupés mardi soir à réparer les cinq aiguillages endommagés. Plusieurs liaisons sont donc adaptées, dont l'IC Liège-Mons qui s'arrête à Charleroi. L'IC Lille-Tournai-Mons-Namur reste limité à Mons et ne circule pas entre cette ville et Namur.

Les voyageurs qui souhaitent aller de Mons à Charleroi sont toujours invités à prendre un train en direction de Bruxelles, en descendre à Braine-le-Comte pour embarquer dans un train à destination de Luttre (deux trains par heure). De là, les voyageurs disposent de trois IC par heure en provenance de Bruxelles pour rejoindre Charleroi, et inversement.

Deux bus ont par ailleurs été mis en service pour assurer la liaison entre Mons et Charleroi afin de desservir toutes les gares entre les deux villes. L'IC Binche-Turnhout part, quant à lui, de La Louvière-Centre à la place de Binche. Un service de bus est confirmé pour relier entre elles ces deux dernières gares.

Le train L qui relie Quévy à La Louvière-Sud est limité à Obourg, dans les deux sens. Les voyageurs qui souhaitent se rendre de Mons et/ou Tournai vers Liège et/ou Namur et inversement sont invités à passer par Bruxelles.