Les Belges plus préoccupés par l’environnement que le terrorisme

Si l’on en croit la quatrième enquête nationale sur le climat publiée ce samedi par le service public fédéral Environnement, et relayée par plusieurs quotidiens, les Belges sont davantage inquiets pour l’environnement que préoccupés par le terrorisme, la santé et la pauvreté. Ils réclament d’ailleurs de plus en plus nombreux que les autorités s’attaquent d’urgence au problème du changement climatique.

Dans le cadre de cette enquête - réalisée auprès de 1.500 personnes ont répondu - et dont de précédentes versions avaient été effectuées en 2005, 2009 et 2013 - quelque 83% des sondés citent la pollution de l'air comme première préoccupation parmi les problématiques environnementales.

Près de six Bruxellois sur dix (58%) se disent d'accord pour imposer des taxes sur les produits qui contribuent aux changements climatiques, comme par exemple sur le carburant ou le kilométrage, mais aussi sur la viande de bœuf ou la nourriture acheminée en avion. Quelque 49% des Flamands et 43% des Wallons sont du même avis.

Parmi les mesures publiques possibles proposées, un soutien financier à apporter aux produits non ou peu nocifs pour le climat est le premier choix que privilégient les personnes ayant répondu au sondage.

Les autorités doivent faire davantage

L’enquête révèle aussi que les Belges estiment que les autorités doivent faire davantage pour lutter contre le réchauffement de la planète et la pollution atmosphérique destructrice. Ils estiment que le gouvernement fédéral doit davantage coordonner et mieux collaborer avec les Régions et les communes.

La moitié des sondés réclament aussi une loi sur le climat très claire, dans laquelle les objectifs et les moyens d’y arriver sont bien énoncés. Il y a aussi davantage de Belges en faveur de taxes "vertes" que ceux qui y sont opposés. La même chose est valable pour la taxe CO2 : 39% est pour, 32% contre.

Les personnes interrogées estiment également que les Belgique doit faire davantage au sein de l’Europe. Quelque 46% d’entre eux trouvent même que la Belgique doit endosser un rôle de pionnier, alors que l’Europe devrait montrer l’exemple au niveau international.

AP2003