Une députée espagnole qualifie Jan Jambon de "néofasciste"

Pilar Ayuso Gonzalez, une députée espagnole membre du Parti populaire du Premier ministre Marino Rajoy, a qualifié le ministre belge de l'Intérieur Jan Jambon (photo archives) de "néofasciste". Elle a fait cette remarque sur Twitter à la suite de la diffusion d'une photo d'une voiture de police de Bruxelles ornée d'un drapeau catalan. Entretemps, la police bruxelloise a reconnu son erreur, mais l’explique par l’atmosphère "ludique" qui régnait à la manifestation.

Jeudi dernier, quelque 45.000 Catalans et sympathisants ont manifesté à Bruxelles, selon les chiffres de la police. Sur les médias sociaux, des films montrent des voitures de police avec un drapeau catalan attaché (photo ci-dessous).

Ceci n'a pas été au goût de plusieurs responsables politiques du parti au pouvoir en Espagne, le Parti populaire. Le député européen Esteban Gonzales Pons, qui a accusé le ministre Jan Jambon d'être membre d'un "parti qui a collaboré avec les nazis durant la Seconde Guerre mondiale", demande une explication officielle de la Belgique. Il doute de l'affirmation de la police selon laquelle 45.000 personnes ont manifesté jeudi.

Pilar Ayusi Gonzalez, du même parti, a tweeté que le ministre Jambon était "un Flamand indépendantiste et néofasciste", ami du ministre-président catalan déchu Carles Puigdemont.

La police de Bruxelles reconnait son erreur

Le porte-parole du ministre de l’Intérieur a indiqué aux quotidiens Het Laatste Nieuws et De Morgen que Jan Jambon ne voulait pas faire de commentaires afin de ne pas mettre de l'huile sur le feu. Il rappelle aussi que le ministre n'est pas responsable de la police locale, mais que ce sont les bourgmestres qui en ont la charge.

Lors d'une interview accordée ce dimanche matin à la chaîne de télévision régionale ATV, le ministre de l'Intérieur Jambon (N-VA) a indiqué cependant qu'il espère une forme d'excuses ou de désapprobation de la part du CD&V par rapport aux propos de la députée espagnole Pilar Ayuso Gonzalez.

Ce dimanche après-midi, la police de Bruxelles a admis qu’elle avait commis une erreur en plaçant un drapeau catalan sur l’une de ses voitures. "La police doit faire preuve de neutralité, mais l’atmosphère était ludique à la manifestation", explique-t-elle.