Jeroen Piqueur et ses deux enfants placés sous mandat d’arrêt

Le juge d’instruction gantois chargé de l’enquête sur la faillite d’Optima (déclarée le 15 juin 2016) a décidé d’arrêter l’ancien patron de la banque gantoise, Jeroen Piqueur (62 ans, photo). Son fils Ruben et sa fille Rebecca ont également été placés sous mandat d’arrêt, confirme la section gantoise du parquet de Flandre orientale. Le parquet ne veut pas donner davantage d’informations.

Le tribunal de commerce de Gand déclarait la faillite de la banque Optima le 15 juin 2016 et le parquet ouvrait une enquête après la transmission de potentielles infractions pénales par la Banque nationale. Près d'un an et demi après le début de son enquête, la juge d'instruction gantoise Annemie Serlippens a décidé de placer Jeroen, Ruben et Rebecca Piqueur sous mandat d'arrêt, après les avoir entendus jeudi soir.

La porte-parole du parquet Caroline Jonckers a confirmé l'information, sans livrer davantage de détails. Jeroen Piqueur et ses deux enfants devraient comparaître vendredi devant la chambre du conseil de Gand, qui statuera sur leur maintien en détention.

En mai dernier, le tribunal correctionnel de Gand condamnait l'ancien patron d'Optima à quatre mois de prison ferme et à une amende de 1,5 million d'euros pour fraude fiscale à grande échelle. Jeroen Piqueur se voyait interdire d’exercer toute fonction dirigeante dans une société pendant 3 ans. Il a fait appel, mais la cour d'appel de Gand ne s'est pas encore prononcée.

Jeroen Piqueur était poursuivi pour des faits commis entre août 2007 et octobre 2013, précédant la faillite de la banque. L'intéressé était suspecté de ne pas avoir déclaré des revenus mobiliers sur ses comptes luxembourgeois et monégasques. Selon les enquêteurs, cela concernait des revenus de l'ordre de 1,5 million d'euros pour les années fiscales 2006 à 2012.

Cette affaire n’aurait pas de lien avec celle qui secoue la banque Optima depuis sa mise en faillite.

Nicolas Maeterlinck