La Belgique, premier pays à envoyer une ambassadrice en Arabie saoudite

La Belgique envoie deux femmes représenter la Belgique dans des pays où la condition des femmes est difficile: en Arabie saoudite et en République islamique d’Iran. L’information est donnée par les quotidiens L’Echo et De Tijd et a été confirmée à la VRT.

En Arabie saoudite, les femmes doivent disposer d’un "tuteur masculin", en général leur père ou leur mari. Sans ce tuteur, une femme ne peut pas chercher du travail ni ouvrir un compte bancaire.

Au royaume wahhabite, le régime en place a marqué récemment une très légère volonté d’ouverture et si les femmes ne peuvent actuellement pas conduire un véhicule ni assister à une compétition sportive dans un stade, cela va changer l’année prochaine.

Selon le cabinet du ministre des Affaires étrangères Didier Reynders (MR) le fait que la Belgique délègue une femme ambassadrice en Arabie Saoudite pour les cinq prochaines années est un signal particulièrement fort.

Dès l’été 2018, Dominique Mineur s’installera dans la capitale Ryad, elle est actuellement ambassadrice dans les Emirats arabes unis. Dominique Mineur sera la première femme ambassadeur en Arabie saoudite.

A Téhéran, il s’agira de Véronique Petit. En Iran, également, les femmes restent souvent cantonnées à des postes subalternes et leur existence est loin d’être simple. Les femmes sont obligées de porter un voile et doivent s’asseoir à l’arrière dans les transports publics.