Dix ans ferme pour des Anversois qui envisageaient un attentat

Le tribunal correctionnel de Malines a condamné ce jeudi cinq individus pour avoir participé aux activités d'un groupe terroriste et vaguement planifié une attaque en Belgique, s’ils ne parvenaient pas à se rendre en Syrie pour combattre pour l’Etat islamique. Les deux principaux prévenus, âgés d'une trentaine d'années et qui avaient recruté les trois autres - plus jeunes - ont écopé de dix ans de prison. Un sixième individu a été acquitté.

L'organisation terroriste dirigée par les deux recruteurs enrôlait des jeunes en vue d'aller combattre en Syrie et en Irak pour l’organisation Etat islamique. Certains sont revenus sans avoir atteint leur destination, d'autres ont planifié une attaque en Belgique, sans que ce projet ne soit réellement concret.

Les deux trentenaires recruteurs - dont l’un est un imam qui prêchait régulièrement dans des mosquées anversoises - ont écopé de 10 ans de prison ferme et de 6.000 euros d'amende.

Les trois plus jeunes prévenus ont été condamnés à cinq ans avec sursis probatoire. Ils faisaient partie d’un groupe de jeunes qui se connaissaient via un groupe de chat et étaient membres du groupe Staatnieuws sur Facebook, qui publiait régulièrement des articles sur l’Etat islamique. Les jeunes se sont rencontrés plusieurs fois et ont discuté d’un départ en Syrie, mais aussi d’un possible attentat en Belgique - par exemple à la gare centrale d’Anvers (photo principale) ou à l’encontre de l’homme politique Filip De Winter (Vlaams Belang) ou de militaires - si leur départ pour la Syrie échouait.

Le tribunal a également prononcé une interdiction de contact avec d'autres personnes radicalisées et une obligation d'avoir une utilisation responsable de l'internet. Les jeunes gens devront aussi suivre un cursus de déradicalisation.