Uplace : le conseil d’Etat annule le plan régional d’exécution spatiale

Le Conseil d'Etat a annulé ce vendredi le plan régional d'exécution spatiale pour le complexe Uplace (photo) projeté à Machelen, en Brabant flamand. Le Conseil d'Etat estime que les plans d'aménagement n'engendreraient pas une réduction, mais bien une "augmentation substantielle" de la surface commerciale autorisée dans la zone Uplace (au nord de Bruxelles).

Il apparaît ainsi que la décision de ne pas imposer une ligne de tram et d'utiliser le rapport d'incidences sur l'environnement de 2010 repose sur une justification incorrecte", motive l'arrêt du Conseil d'Etat.

Le complexe Uplace est en mauvaise posture après la publication de cet arrêt. Différentes parties avaient indiqué par le passé qu'une annulation du plan régional d'exécution spatiale signifierait la mort du projet. Selon les responsables de Uplace eux-mêmes, élaborer un nouveau plan équivaudrait à sept années de retard.

Le développeur d'Uplace ne compte cependant pas encore débrancher la prise de son projet commercial après la décision du Conseil d'Etat. Il attend une décision du gouvernement flamand, a indiqué l'entreprise.

Uplace affirme vouloir opter pour une approche constructive et appelle à laisser une chance au médiateur qui a été désigné par le gouvernement flamand. L'entreprise se dit également prête à envisager une "interprétation renouvelée" du projet, en mettant davantage l'accent sur le contexte urbain et l'équilibre entre les différentes fonctions avec un rôle accru pour la culture et les loisirs.

Le patron Jan Van Lancker souligne que l'entreprise n'a pas intérêt construire Uplace là où il n'y a pas de demande ou de besoins. "Nous travaillons à ce projet depuis dix ans et nous continuerons à le faire, dans une atmosphère constructive et positive." Uplace regrette l'insécurité juridique à laquelle il se heurte. "Sans sécurité juridique, personne - ni les entreprises ni les citoyens - ne peut avancer."

L'annulation du Conseil d'Etat signifie également que toute la zone de reconversion Machelen-Vilvorde est mise au frigo, estime Uplace.

Nicolas Maeterlinck