Des manifestants réclament la démission de Theo Francken

Plus de 200 personnes se sont rassemblées ce samedi matin devant la Gare Centrale à Bruxelles (photo) pour délivrer au Secrétaire d'État à l'Asile et la Migration, Theo Francken (N-VA), un "ordre de quitter le gouvernement". Par cette action symbolique, les manifestants exprimaient leur souhait de voir le Secrétaire d'État démissionner. "Il a raconté des mensonges au gouvernement et au parlement. Il ne peut pas continuer ainsi", estimaient les participants.

La manifestation avait lieu quelques jours après que des partisans de Theo Francken aient organisé une action de soutien. Celle-ci n'a toutefois attiré qu'une dizaine de personnes.

"Comme vous voyez, nous sommes beaucoup plus nombreux et nous serons encore plus lors de la prochaine manifestation le 13 janvier", ont commenté les manifestants. "Ce Secrétaire d'État doit s'en aller. Il n'est pas digne de son poste."

Le Secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration est contesté depuis plus d'une semaine, après des témoignages de Soudanais qui ont été torturés à leur retour au pays, après avoir été rapatriés de Belgique. Il n'aurait en outre pas dit toute la vérité au parlement sur les expulsions vers le Soudan. Selon Francken, celles-ci n'étaient plus à l'ordre du jour. Or une expulsion prévue en janvier a tout de même été annulée.

"Theo Francken est comme un cheval qui, avec deux pattes cassées, pense qu'il va tout de même pouvoir terminer la course", a déclaré Serge, de la Coordination des Sans-Papiers, à l'initiative de la manifestation de samedi. "Il a menti au Parlement et au gouvernement. Dans n'importe quelle boîte privée, il aurait été mis à la porte."

Les manifestants ne dénoncent toutefois pas seulement les derniers événements, mais de manière plus globale la politique d'asile du Secrétaire d'État. "C'est une politique indigne d'un État de droit, d'une démocratie au cœur de l'Europe", a commenté Alexis Deswaef, président de la Ligue des Droits de l'Homme.