Echange de territoires entre la Belgique et les Pays-Bas

Le gouverneur de la province de Liège, Hervé Jamar, annonce que les deux pays voisins procèderont le 1er janvier 2018 à un échange officiel de territoires. Il s’agit de péninsules inhabitées dans la Meuse. C’est la première fois en 170 ans que la frontière entre la Belgique et les Pays-Bas est légèrement modifiée. Les ministres belge et néerlandais des Affaires Etrangères avaient signé fin 2016 un traité à ce sujet.

Les deux pays avaient décidé en 1961 d'améliorer la liaison entre le Canal Juliana et le Canal Albert. Le lit de la Meuse a donc été modifié à hauteur des villes de Visé, de Maastricht et d'Eijsden-Margraten. Des parcelles de Belgique se sont alors retrouvées enclavées aux Pays-Bas, et vice-versa.

Ces changements ont entraîné des difficultés notamment pour les services de police et de secours, pour qu’ils puissent accéder à ces endroits. Une concertation a été initiée dès 2014, rappelle le gouverneur de la Province de Liège, Hervé Jamar (photo), ce samedi dans un communiqué.

Des négociations ont alors eu lieu entre les ministres compétents, la Région wallonne, les provinces, trois communes, les cadastres, la police et les organismes gérant les voies fluviales des deux pays. Dès le 1er janvier prochain, l'échange de territoires sera officiel.

La Belgique cède concrètement un peu plus de 16 ha de ses terres aux Pays-Bas, uniquement des zones naturelles inhabitées, et hérite de 3 ha ainsi que de l'Ecluse de Lanaye, un point de passage stratégique pour le trafic fluvial.