Un Soudanais libéré par la Chambre du conseil

Un migrant soudanais placé au centre fermé pour illégaux de Steenokkerzeel (Brabant flamand) doit être libéré à la suite d’une ordonnance rendue mercredi par la Chambre du conseil de Bruxelles. Cette décision "semble prendre à revers les arguments du Secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration, Theo Francken", estimaient nos confrères de la radiotélévision francophone RTBF.

Âgé de 25 ans, le migrant soudanais provient d'une famille de fermiers qui appartient à l'ethnie dinka. Il cumule plusieurs facteurs de risques de mauvais traitements en cas de retour au pays.

Il a séjourné au centre pour illégaux à Vottem (province de Liège), où avec d'autres compatriotes il a obtenu d'un juge liégeois d'interdire son expulsion. Il a ensuite été déménagé vers Steenokkerzeel. C'est donc dans la capitale que sa demande de libération vient d'être examinée et acceptée.

L'avocat de cet homme a plaidé que, depuis la note du commissariat général aux réfugiés et apatrides, et depuis le rapport de l'institut Tahrir, l'enfermement ne se justifie plus, puisqu'un rapatriement à brève échéance est exclu, sauf à violer l'article trois de la convention européenne des droits de l'Homme, que le migrant ait demandé ou non la protection.

Les autorités disposent de 24 heures pour interjeter appel. Contacté mercredi soir, le cabinet du Secrétaire d'État Theo Francken ne souhaitait pas encore réagir.