"Depuis la fin des expulsions, le nombre de Soudanais ne cesse d'augmenter"

Selon le ministre de l’Intérieur Jan Jambon (N-VA), l’arrêt temporaire des expulsions vers le Soudan a eu un effet visible. "Le nombre de Soudanais présents dans notre pays a augmenté de manière exponentielle", a-t-il déclaré vendredi soir dans l’émission De afspraak (VRT).

Il y a quelques semaines certains témoignages ont fait état de Soudanais, expulsés de Belgique, qui auraient été torturés, après leur retour au pays. Suite à ces révélations, le gouvernement fédéral a temporairement suspendu la politique de retour vers le Soudan en attendant les résultats d’une enquête.

Tant que toute la clarté n’aura pas été faites sur les risques de torture, plus aucun Soudanais ne sera expulsé. Et selon le ministre de l’Intérieur Jan Jambon, "l’arrêt des expulsions a eu comme effet que le nombre de Soudanais présents dans notre pays a augmenté de manière exponentielle".

Même s’il ne dispose pas de chiffres officiels, Jan Jambon affirme que plusieurs centaines de Soudanais sont arrivés chez nous ces dernières semaines. Le ministre fait cette constatation sur base d’un monitoring lors de distribution de nourriture à la gare centrale à Bruxelles.

Le ministre pointe du doigt les réseaux de trafiquants d’être humain. "Ces réseaux sont bien informés et bien organisés. Ils choisissent les endroits où il y a le moins de résistance et s’enrichissent sur le dos des gens".

Le cabinet de Jan Jambon a fait savoir que les autorités surveillaient la situation avec vigilance afin que la situation ne dégénère pas pour en arriver à la création d’un camp de migrants à la gare du Nord de Bruxelles comme ce fut le cas à Calais en France.

Le gouvernement fédéral plaide pour une solution européenne au problème des migrants. "Dans le cadre de la décision du gouvernement sur le dossier soudanais, le Premier ministre Charles Michel a pris la responsabilité de soulever cette question avec les chefs de gouvernement européens", a ajouté Jan Jambon.

"Jan Jambon exagère"

Les organisations d'aide aux migrants actives à Bruxelles démentent les informations communiquées par le ministre de l'Intérieur. Selon le réseaux d'organisations d'aide aux migrants "la crise politique autour de l'expulsion des Soudanais n'a eu que peu d'influence sur l'afflux de migrants vers notre pays. Jan Jambon exagère", estime Charlotte Vandycke; 

"Il est impossble d'établir un lien entre la supression des rapatiements et le nombre de personnes présentes dans le parc Maximilien, près de la gare du Nord.

"S'il est bien exact qu'il y a eu une légère augmentation du nombre de migrants arrivés chez nous, récemment, ces chiffres fluctuent constamment. Nous avons remarqué quelques douzaines de personnes en plus ces jours-ci, mais cela n' a cessé de fluctuer au cours des dernières semaines et des derniers mois. Soit dit en passant, tous ces migrants ne sont pas soudanais, nous voyons aussi des gens de l'Érythrée, ou de l'Éthiopie... Le ministre Jambon cherche des arguments pour défendre sa tèse selon laquelle l'arrêt des rapatriements va créer un effet d’aspiration", mais son affirmation n'est pas exacte.