Patrick Dewael doute des affirmations du ministre Jambon sur les Soudanais

Patrick Dewael, le chef de groupe de l'Open VLD à la Chambre, doute que le nombre de Soudanais arrivés en Belgique ait augmenté depuis que les rapatriements vers Khartoum ont été interrompus, a-t-il expliqué dimanche dans l'émission "De zevende dag" (VRT).

Après des révélations d'une ONG faisant état de mauvais traitements de Soudanais rapatriés, le Premier ministre Charles Michel a interrompu en décembre les expulsions vers le Soudan et demandé au Commissariat général aux réfugiés et aux apatrides (CGRA) d'enquêter sur ces faits.

L'interruption des renvois au cours des dernières semaines a entraîné une recrudescence des arrivées de ressortissants soudanais, a affirmé vendredi soir le ministre de l'Intérieur Jan Jambon (N-VA) dans l'émission De Afspraak (VRT).

Leur nombre aurait augmenté de manière exponentielle, selon le ministre. Ce dernier n'a pas fourni de chiffres officiels, mais a évoqué des centaines d'arrivées supplémentaires, en se référant à des données collectées lors de distribution de nourriture dans le quartier de la gare du Nord à Bruxelles.

"Est-ce qu'il les a identifiés? ", s'est interrogé Patrick Dewael dimanche. "Comment sait-il qu'il s'agit de Soudanais? ", a-t-il poursuivi, en soulignant l'importance de procéder à l'identification des personnes qui se trouvent illégalement sur le territoire belge.
Dans une réaction aux propos du chef de file des libéraux flamands à la Chambre, le cabinet du ministre Jambon a précisé la manière dont les chiffres ont été obtenus.

"Nous avons constaté au cours des dernières semaines une hausse importante des migrants en transit à Bruxelles. Cela a été particulièrement remarqué lors des distributions de nourriture à la gare de Bruxelles-Nord", explique un collaborateur du ministre.
A partir de l'expérience des mois écoulés et de sa connaissance de la répartition de la provenance géographique des migrants, le cabinet estime qu'environ un tiers de ces personnes sont des ressortissants soudanais.

Patrick Dewael a toutefois raison lorsqu'il affirme que plus d'actions sont nécessaires pour connaître le nombre exact de Soudanais parmi les migrants, reconnaît-on au cabinet du ministre de l'Intérieur, qui précise "qu'une action de police est pour ce faire nécessaire".

Patrick Dewael rejoint également l'analyse de Jan Jambon quand il estime que la Belgique ne doit pas devenir un maillon faible de l'Europe en matière d'asile, car cela créerait un appel d'air pour les migrants. "Les trafiquants sont à la recherche de pays où les choses ne se passent pas bien. Il y avait par exemple eu 42.000 demandes d'asile en Belgique en 2000. C'est pourquoi il faut mener une politique en concertation avec nos partenaires européens", a expliqué le libéral flamand.

Ce dernier assure qu'il compte encore tenir à l'œil le secrétaire d'Etat à l'Asile et la Migration, Theo Francken (N-VA), auquel il reproche d'avoir une communication trop sélective, qui ne donne pas une vue d'ensemble de ses actions.