Le socialiste anversois Tom Meeuws éclaboussé par un scandale

L’information a été révélée par le magazine flamand Dag Allemaal et par d’autres journaux et a été confirmée par la VRT. Tom Meeuws qui est troisième sur la liste de cartel "Samen" (écologistes et socialistes) en vue des élections communales à Anvers est mis en cause pour des malversations financières alors qu’il était directeur local chez De Lijn à Anvers.

Il faut remonter à la période 2013-2015 lorsque Tom Meeuws était directeur local de De Lijn. En 2015, il avait démissionné de manière inopinée et de nombreuses personnes s’étaient interrogées sur les raisons de cette démission.

Officiellement la raison de sa démission était une divergence de vue en en ce qui concerne la stratégie de la société de transport en commun. Tom Meeuws avait laissé entendre que c’était sa couleur politique qui avait joué en sa défaveur et avait estimé qu’il était une victime politique.

Mais à présent certains estiment que Tom Meeuws s’est rendu coupable de malversations financières. Selon les règles comptables de la société de transport, un administrateur peut engager des dépenses, mais lorsque la somme de 76 000 EUR est dépassée, il doit obtenir l'approbation du conseil d'administration. Mais Meeuws ne l’a pas fait et l’information a été confirmée à la VRT.

C’est ainsi que l’inauguration du "Reuzenpijp" un tunnel ferroviaire pour le pré-métro sous la Turnhoutsebaan aurait coûté la bagatelle d’un demi-million d’euros. Une partie de la somme, aurait été versée, en plusieurs fois, avant même la conclusion du contrat.

Une campagne de publicité aurait aussi été payée de la même manière dans le quotidien Gazet van Antwerpen.

Lorsque ces versements ont été révélés, Tom Meeuws avait deux possibilités soit il démissionnait pour des raisons personnelles soit par accord mutuel avec une sorte de clause de confidentialité. Au cause de cette clause personne n’a pu ou n’a voulu parler de cette affaire.

Et à présent ? Tom Meeuws avait accusé la majorité actuelle au pouvoir à Anvers d’entretenir des liens trop étroits avec des agents immobiliers. Mais des révélations avaient fait aussi état des relations qu’entretenait Meeuws avec les promoteurs immobiliers.