Eclatement de la liste "Samen": l’indépendante Jinnih Beels opte pour le SP.A

Jinnih Beels, qui était la numéro deux de la liste "Samen" en vue des élections communales d'octobre prochain à Anvers, figurera finalement en tant que candidate indépendante sur celle du SP.A. Les deux partis de gauche, SP.A et Groen, qui s’étaient alliés pour tenter de détrôner le bourgmestre, font désormais bande à part, ce qui, d’après Bart De Wever, ne change pas grand-chose à la donne.

Mercredi, les écologistes de Groen avaient décidé de se retirer de la liste "Samen" (Ensemble), signifiant la fin de celle-ci. Les Verts anversois avaient été fortement ébranlés après le refus, par la section locale du parti socialiste flamand, de la démission du chef de file Tom Meeuws, troisième sur la liste et ciblé par des accusations de malversations.

Jinnih Beels, ancienne commissaire de police, occupait la seconde place sur la liste "Samen" avant son éclatement, en tant que candidate indépendante, derrière Wouter Van Besien (Groen) et devant Tom Meeuws (SP.A). On ignorait jusqu'à présent de quoi son avenir électoral serait fait.

Interrogée sur les ondes de Radio 1 (VRT), la candidate issue de la société civile a indiqué que le dilemme, auquel elle a fait face, n’avait pas été agréable. Son choix était toutefois évident : "j’ai depuis plus longtemps un lien avec le parti socialiste, et il ne faut pas oublier que c’est Tom Meeuws (SP.A) qui m’a embarqué dans la liste "Samen"", a-t-elle expliqué, ajoutant qu’elle se retrouvait également plus dans le programme du SP.A.

Alors que certaines rumeurs courent déjà sur le fait qu’elle sera probablement tête de liste, Jinnih Beels avance qu’elle n’y pense vraiment pas encore. "Ces derniers jours ont été rudes, j’ai besoin d’un peu de repos", a-t-elle commenté.

"Ça ne changera pas grand-chose à la campagne"

D’après le bourgmestre d’Anvers, Bart De Wever, l’éclatement de la liste "Samen" ne changera pas grand-chose à la donne. "Ils se présentent encore et toujours contre moi, qu’ils soient sur une ou deux listes", a commenté le président de la N-VA au micro de la VRT. "Pour l’électeur, les choses sont claires : il y a l’actuelle administration et son bourgmestre, et il y a le bloc de gauche avec différents partis".

"Je ne ressens aucune satisfaction face à cet éclatement. Je trouvais même que le cartel était une bonne chose, car cela offrait dès lors deux choix très clairs. Maintenant, ça devient à nouveau un peu plus compliqué", estime Bart De Wever.