Transmigrants : la FGTB dénonce les mensonges de Theo Francken

Le syndicat socialiste du transport UBT-FGTB s'est dit choqué par les accusations lancées par le secrétaire d'État à l'Asile, à la "gauche" et aux "syndicats" après les incidents survenus sur une aire d'autoroute à Grand-Bigard.

Theo Francken (N-VA) évoquait le sort des transporteurs routiers qui parfois sont confrontés à des comportements agressifs de personnes tentant de monter dans leur camion pour passer en Grande-Bretagne. "Ce sont aussi souvent des migrants mais qui travaillent dur, des migrants travailleurs légaux. Je n'entends JAMAIS l'opposition de gauche et les syndicats à ce propos. Mais manifester pour exiger ma démission, pour cela ils peuvent être les meilleurs", a lancé Theo Francken sur Twitter.

Le BTB, équivalent flamand de l'UBOT, a déjà publié 7 livres noirs sur la situation des transporteurs routiers, le dernier en 2015. "Ces livres noirs ont bénéficié d'un large intérêt et ne peuvent pas avoir échappé à l'attention des responsables politiques. Comment Theo Francken ose-t-il affirmer que les syndicats ne font rien", a-t-il dit.

D'une enquête menée par le syndicat, il ressort que 54,5% des chauffeurs routiers ne se sentent pas en sécurité sur les aires d'autoroute. "Dans le même livre noir, nous dénoncions aussi les vols de chargement auxquels fait face un camionneur sur quatre. La surveillance caméra se limite la plupart du temps aux stations d'essence et il n'y en a pas assez sur les parkings et aux alentours. Et nous ne dirons rien du manque de places de parking, des installations sanitaires défectueuses et de l'insuffisance de douches", ajoute-t-il.

Le syndicat appelle Theo Francken à moins fulminer sur Twitter et Facebook. "Nous nous plaignons depuis 10 ans de la situation lamentable sur les aires d'autoroute. M. Francken pourrait peut-être travailler à une solution."