Bourgeois satisfait des investissements étrangers en Flandre

Le ministre président flamand Geert Bourgeois (N-VA) se rend au Forum économique mondial de Davos ( du 23 au 26 janvier) avec une très bonne impression. Il peut en effet afficher d'excellents chiffres concernant les investissements étrangers en Flandre. Geert Bourgeois reste toutefois vigilant face aux conséquences du Brexit et aux mesures protectionnistes du président américain Donald Trump.

L’an dernier, les entreprises étrangères présentes en Flandre ont investi pour plus de 2 milliards d’euros dans 215 projets.

"Ce sont des chiffres records", a déclaré fièrement le ministre président. "Et surtout: pour la première fois, nous assistons à une forte hausse de l'emploi. Grâce à ces investissements étrangers, 5 377 emplois ont été créés. C'est plus que ce qui avait été perdu chez Ford Genk".

Ces nouveaux emplois se retrouvent dans tous les secteurs mais surtout dans la recherche et le développement. "Je me réjouis de cela", ajoute Geert Bourgeois. "Nous sommes attractifs comme pays d’investissement grâce à nos instituts de recherche renommés et la très bonne coopération qui existe entre les pouvoirs publics et les entreprises".

D’après le ministre président flamand, il y a un ancrage local de plus en plus important dans ce secteur. "Je remarque que de grandes entreprises décident de rester en Flandre, ou que des entreprises flamandes décident de rapatrier leurs activités d’Asie vers la Flandre en raison des fantastiques opportunités en termes de recherche et développement".

La majorité des investissements étrangers (environ 20%) proviennent des Etats-Unis. Cela doit être un point d'attention. Car alors que le président chinois préconisait le libre-échange à Davos l'an dernier, son homologue américain Donald Trump menaçait de mesures protectionnistes.

"Je suis très curieux de voir quelles seront les conséquences de sa politique", dit Geert Bourgeois. "Il fait revenir aux Etats-Unis un certain nombre de grandes multinationales en leur accordant des avantages fiscaux. Mais nous n'en voyons pas encore les effets actuellement".

En ce qui concerne le Brexit et les investissement britanniques, Geert Bourgeois affirme que nous n’en voyons pas non plus les effets. Mais cela ne nous empêche pas de préparer de manière intense ce Brexit. Actuellement la "Flanders Investment & Trade" (l’Agence flamande des entreprises internationales ) s’occupe de quelques dizaines d'entreprises qui envisagent de venir s’installer ici. C'est sur ce point que le Premier ministre Bourgeois se concentrera lorsqu’il sera à Davos.