Déjà 285.000 billets vendus pour Tomorrowland

La vente des billets d’entrée pour le festival belge de musique électronique de cet été débutait ce samedi. Au total, quelque 285.000 tickets ont été vendus, en moins de deux heures. Une nouvelle vente, à des prix plus élevés, est prévue le 3 février. La porte-parole du festival, Debby Wilmsen, dément les affirmations d’un expert en innovation sur la façon dont seraient choisies les personnes qui obtiennent finalement des tickets.

Les entrées journalières et pour le week-end réservés aux Belges se sont écoulés en une heure dans la matinée, tandis que ceux destinés au public international (y compris les Belges) se sont vendus encore plus vite en début de soirée. Quelque 285.000 tickets ont été émis, selon la porte-parole de cet événement musical très populaire, Debby Wilmsen.

Pour ceux qui n’ont pas pu obtenir de tickets cette fois, un petit espoir subsiste. De nouveaux billets seront mis en vente le samedi 3 février, cependant à un prix plus élevé. Au total, 400.000 entrées sont disponibles dont 285.000 viennent donc d’être vendues. Le festival se tiendra du 20 au 22 juillet et du 27 au 29 juillet à Boom, en province d'Anvers.

"Nous ne sélectionnons pas sur base des dépenses"

"Beaucoup de rumeurs circulent, mais nous ne sélectionnons pas en fonction de l’âge, du sexe ou du montant des dépenses", réagissait Debby Wilmsen (photo archives) samedi sur la première chaîne radio de la VRT. Elle répondait aux déclarations de l’expert en innovation, Cain Ransbottyn, dans l’émission télévisée "Terzake", qui prétendait que les festivaliers qui dépensent le plus ont davantage de chances d’obtenir des billets l’année suivante.

"Notre traitement de données est vraiment destiné à améliorer l’expérience du festival et à communiquer de façon ciblée. A côté de notre festival, nous avons aussi des concerts au Sportpaleis d’Anvers et une collection de mode, à propos desquels nous voulons communiquer. Les gens peuvent clairement voir ce que nous demandons et ont la possibilité de se faire oublier par nous", déclarait la porte-parole de Tomorrowland.

Contredisant ce qu’avait déclaré Ransbottyn et le juriste Matthias Dobbelaere-Welvaert dans l’émission "Terzake", Debby Wilmsen précisait : "Nous ne pouvons pas suivre les festivaliers sur le terrain, il n’y a pas de GPS dans les bracelets d’entrée. Dans notre système, il y a un ticket d’accès, qui comprend un aimant contenant les données du festivalier et le détail des billets achetés. Nous pouvons voir où il/elle s’enregistre, mais nous n’utilisons pas ces données".

Et qu’en est-il des dépenses des festivaliers ? "Les gens peuvent effectivement réapprovisionner leur bracelet, pour payer pendant tout le week-end du festival. Mais beaucoup de gens font un "pot commun" avec des amis et l’utilisent tout le week-end pour payer. Ils parviendraient davantage que d’autres à avoir des tickets d’entrée ? C’est bizarre. L’avantage de recharger le bracelet est que les gens savent combien ils ont dépensé et n’ont pas des bons inutilisés qui restent à la fin du week-end", précisait Wilmsen sur Radio 1.