Jan Jambon annonce un plan à trois piliers pour lutter contre les "transmigrants"

Le ministre de l'Intérieur, Jan Jambon (N-VA), annonce un plan d’action pour lutter contre les trafiquants d'êtres humains et les "transmigrants" qui tentent, via notre pays, de rejoindre le Royaume-Uni. Ce plan repose sur trois piliers : une surveillance accrue (privée) des parkings autoroutiers, davantage d'actions de contrôle - y compris dans les trains et les gares - et enfin une approche plus ciblée de la problématique de la traite des êtres humains elle-même.

La première mesure consiste donc en une surveillance de cinq parkings autoroutiers par une entreprise privée, avec des agents et des chiens. Cette surveillance aura lieu du coucher jusqu'au lever du soleil.

Dans un premier temps, elle sera assurée par la police - dès lundi soir -, en attendant qu'une société de gardiennage soit désignée.

Les parkings de Grand-Bigard et de Jabbeke seraient notamment concernés. Interrogé dans "De ochtend" (VRT), le ministre Jambon a précisé qu'il s'agirait effectivement de parkings situés le long de l'E40 (Bruxelles-Ostende) en direction de la Côte, mais que le plan était flexible.

Il espère que la présence d'agents de sécurité privés aura un effet dissuasif. Ces derniers pourront intervenir en cas de problème aigu, comme une bagarre, mais ils ne pourront pas effectuer des missions spécifiquement policières telles que les arrestations ou la fouille des camions à la recherche de migrants. Ils ne pourront qu'avertir la police.

Deuxième mesure : les polices locale et fédérale effectueront tous les jours des contrôles dans les gares, le long des autoroutes et dans le port de Zeebrugge, via des actions flexibles, non-annoncées, qui "dureront aussi longtemps que nécessaire".

Troisième mesure, le groupe de travail sur la traite des êtres humains, qui rassemble tous les services de sécurité et judiciaires autour de la problématique, se réunira la semaine prochaine sur la problématique des "transmigrants". Les informations sur les bandes de trafiquants y seront échangées dans le but d'une approche plus ciblée.

"Nous voulons mieux cartographier les réseaux qui se cachent derrière ces flux migratoires", a ajouté Jan Jambon. L'objectif est de découvrir comment fonctionnent ces trafiquants afin de mieux cibler les contrôles. "Si nous parvenons à neutraliser ces réseaux, il y aura beaucoup moins de migrants et nous pourront mettre fin à l’activité criminelle de ceux qui cherchent à s'enrichir grâce à la misère des autres", a dit Jan Jambon.

Le gouverneur de Flandre occidentale Carl Decaluwé s'est déclaré très satisfait par le plan de Jan Jambon. "Je remarque qu’une fois de plus le ministre s’attaque au problème de manière minutieuse et rapide en espérant de maintenir la situation sous contrôle".
 

Les routiers peuvent à nouveau passer la nuit sur le parking de Grand-Bigard

Le bourgmestre de Dilbeek, Willy Segers, a annoncé lundi le retrait de l'interdiction qu'il avait décrétée pour les chauffeurs routiers de passer la nuit sur le parking de Grand-Bigard, situé le long de l'autoroute E40 Bruxelles-Ostende, à la suite de mesures prises par le ministre de l'Intérieur, Jan Jambon. Willy Segers (N-VA) s'est dit convaincu que cette mesure assurera un retour à la sécurité.

"En raison du nombre croissant d'incidents avec des transmigrants, la sécurité n'était plus garantie pour les riverains, le personnel (de l'aire de repos), les chauffeurs routiers et les services de police. Je suis satisfait de l'annoncé de contrôles supplémentaires", a affirmé le bourgmestre à l'agence Belga.

Il a lui aussi fait état de déplacements nocturnes de migrants entre Bruxelles et le parking de Grand-Bigard à la recherche d'un camion pour y grimper dans l'espoir de rejoindre la Grande-Bretagne.
"Davantage de contrôles limiteront sans aucun doute cet afflux", a souligné Willy Segers.