Grève chez De Lijn le 16 février prochain

La société flamande des transports en commun De Lijn a annoncé la tenue d’une grève de 24 heures le vendredi 16 février prochain. A travers cette action, le personnel veut exprimer ses craintes concernant un plan de restructuration.

La direction de De Lijn a récemment fait savoir qu’elle comptait centraliser un certain nombre de services. Ce remodelage menacerait au total 286 emplois au sein de l’entreprise, principalement des fonctions managériales et des postes d'employés

Une grève avait dans un premier temps été planifiée le 25 janvier dernier. Elle avait toutefois été suspendue, alors que le conseil d’administration avait décidé de reporter le plan de restructuration. Il prévoit toutefois de se réunir à nouveau le 7 février pour se pencher sur le projet.

"Le plan doit préparer De Lijn à l’objectif 2020. La direction veut ainsi être prête pour la libéralisation du marché des transports publics", souligne Jan Coolbrandt du syndicat chrétien ACV. "Au plus nous recevons des informations, au plus le personnel se montre inquiet. Les gens craignent pour leur avenir. Celui-ci n’est plus clair pour personne", précise-t-il.

"Les travailleurs se demandent où ils vont atterrir ou quelle fonction ils vont devoir exercer. Sur papier, les chauffeurs et les techniciens ne sont pas concernés. Mais il s'agit d'un changement dans la manière de travailler, donc la restructuration aura également un impact sur eux. C'est pourquoi nous appelons tout le monde chez De Lijn à faire grève."

La société comptait fin 2016 7.600 équivalents temps plein. Des licenciements ne sont pas à l'ordre du jour. Pour arriver à ses fins, la direction de la compagnie compte sur les prépensions et ne remplacera pas les départs spontanés.

La direction déplore le mouvement de grogne. "Nous comprenons l'inquiétude du personnel, mais nous trouvons dommage de planifier une grève", a indiqué une porte-parole. Syndicats et direction doivent encore se voir la semaine prochaine.