Dotation : le prince Laurent pourrait se défendre devant la Chambre

La demande du frère cadet du roi Philippe (photo) de pouvoir plaider devant le Parlement le montant de sa dotation - qui risque d’être réduit - a été honorée. C’est ce qu’écrivent plusieurs quotidiens belges ce jeudi. L’information a été confirmée à la rédaction de VRT NWS.

Le président de la Chambre Siegfried Bracke (N-VA) sonde actuellement les groupes politiques pour dégager une solution et autoriser le prince Laurent à venir se défendre devant les élus. En décembre dernier, le gouvernement a en effet décidé de retenir une partie de la dotation en question. Il s’agirait de 15% qui seraient retenus, pour sanctionner le fait que le prince s’est rendu sans autorisation du gouvernement à une réception à l’ambassade de Chine, pour célébrer un anniversaire de l’armée chinoise.

L’avocat du prince, Maître Laurent Arnauts (photo archives), estime que les droits de la défense ont été bafoués. Il a écrit au président de la Chambre, Siegfried Bracke, en demandant que le prince Laurent puisse venir se défendre devant le Parlement. Ce sont en effet les parlementaires qui auront le dernier mot sur une éventuelle réduction de la dotation princière.

Si la Chambre doit avoir le dernier mot sur la question, il ne s'agit pas nécessairement que d'une formalité. Siegfried Bracke serait sur la piste de l'organisation d'une commission poursuites ad hoc. Sous la présidence de Raf Terwingen (CD&V), celle-ci est assortie d'une levée de l'immunité parlementaire. Cette méthode de travail permettrait dès lors au prince de se défendre en personne ou via son représentant, à huis clos.

La décision officielle devrait tomber après les vacances de Carnaval, mais Bracke n’aurait pas recueilli de réserves par rapport à la défense de Laurent de Belgique. Reste à voir si, à l’issue de la défense, les députés modifieront encore quelque chose sur la réduction de la dotation princière.