Me Mary plaide l’abandon des poursuites contre Abdeslam pour vice de procédure

Me Sven Mary a plaidé en premier lieu l'irrecevabilité des poursuites pour son client, Salah Abdeslam, jeudi en début d'après-midi, devant le tribunal correctionnel de Bruxelles. Salah Abdeslam et Soufien Ayari sont prévenus devant le tribunal pour tentative de meurtre dans un contexte terroriste et pour possession illégale d'armes à feu, à la suite de la fusillade de la rue du Dries à Forest le 15 mars 2016.

Me Sven Mary estime qu'il y a eu violation de l'article 12 de la loi sur l'emploi des langues en matière judiciaire et demande donc que les poursuites soient déclarées irrecevables concernant son client, Salah Abdeslam.

Selon le pénaliste, les premières ordonnances délivrées dans ce dossier l'ont été par le juge d'instruction Patrick De Coster, lequel est établi auprès du tribunal de première instance néerlandophone de Bruxelles. Or, les ordonnances ont été délivrées en langue française. Il s'agit là d'un vice de procédure qui doit conduire à l'abandon des poursuites dans ce dossier, a soutenu Me Sven Mary.

L'avocat a demandé au tribunal de "prendre ses responsabilités", "aussi impopulaires ces décisions soient-elles". "Jugez pour rester le dernier bastion de l'Etat de droit. Mon intervention devrait se terminer ici, mais je ne peux pas me le permettre", a-t-il conclu sur cet aspect, avant de passer au fond des faits reprochés à son client.