Nombre record de resquilleurs pris en flagrant délit par De Lijn

Les contrôleurs de la société régionale flamande de transports en commun De Lijn ont pris l’an dernier en flagrant délit un nombre record de passagers qui voyageaient sans titre de transport valable. Au total, 2,6 millions de passagers ont été contrôlés, soit 200.000 de plus que l’année précédente. Environ 70.000 d’entre eux n’avaient pas de titre de transport valable. Le nombre record de resquilleurs intercepté s’explique donc partiellement par le nombre accru de contrôles.

Les contrôleurs de la société De Lijn ont établi l’an dernier 69.455 procès-verbaux. La majorité d’entre eux (66.829) sanctionnaient des resquilleurs, indiquent les chiffres repris dans la question écrite de la parlementaire flamande Annick De Ridder au ministre régional de la Mobilité Ben Weyts (tous deux N-VA). Cela correspond à 2,6% des voyageurs contrôlés.

D’après Sonja Loos de la société De Lijn, davantage de resquilleurs ont été surpris en flagrant délit parce qu’il y a eu un nombre accru de contrôles, mieux ciblés. "Ce qui veut dire des contrôles à des endroits où il y a des resquilleurs ou sur des lignes de trams bondés, aux heures de pointe".

Pas tous les procès-verbaux sont accompagnés d’une amende. Les voyageurs qui n’avaient pas leur abonnement en poche ne sont pas sanctionnés quand c’est la première fois que cela leur arrive. Les passagers pris en flagrant délit ont dû s’acquitter, ensemble, de 8 millions d’euros d’amendes. Ce qui est également un record. Et ce montant pourrait encore être majoré lorsque toutes les amendes du mois de décembre auront été prises en compte.

La première amende endéans les 12 mois coûte 107 euros, la seconde monte à 294 euros. La plupart des resquilleurs ont été pris sur deux lignes de tram à Gand (Flandre orientale) : la ligne 1 de Flanders Expo au Korenmarkt et la ligne 4 de Gentbrugge Moscou à l’hôpital universitaire. Beaucoup de voyageurs sans titre valable de transport avaient aussi pris le tram du littoral.