La grève chez De Lijn surtout visible dans la grandes villes

Le trafic des bus et trams de la société flamande de transports en commun De Lijn est très perturbé ce vendredi matin en raison d'une grève du personnel qui proteste contre une restructuration prévue. Le nombre d'employés et de managers doit passer de 1.780 à 1.500 personnes, en outre les syndicats redoutent la concurrence accrue du fait que le transport peut à présent être assuré par des compagnies d’autobus privées. Les conséquences de cette action étaient déjà bien visibles dans les grandes villes.

La ville d’Anvers est fortement touchée par la grève. Seul 1 tram sur 5 circule, les lignes de bus ne sont pas desservies. Dans le reste de la province seuls 50% des bus circulent.

Sur le réseau urbain gantois, seule une ligne de tram et deux lignes de bus roulent toutes les 30 minutes. Dans la région gantoise seuls 25% des bus circulent.

En province de Limbourg, près de la moitié du service matinal est assuré. Les villes y sont aussi plus touchées par le mouvement: presqu'aucun bus ne roule sur les réseaux urbains d'Hasselt, Genk, Saint-Trond et Tongres. Par ailleurs, la centrale belbus du Limbourg n'est pas joignable, ce qui devrait avoir des conséquences sur le trafic.

Aucun tram ne roule par ailleurs entre La Panne et Knokke vendredi matin. Les lignes régionales en Flandre occidentale sont desservies à 80%.

Pour les villes, la situation n'est pas encore très claire. Et aucun véhicule ne devrait encore rouler après 20h00.

En Brabant flamand, le trafic est là aussi fortement perturbé. A Louvain et aux alentours, seul un quart des chauffeurs a pris son service. Dans les régions de Grimbergen, Asse et Haacht, un bus sur 4 roule, alors que dans les environs de Londerzeel et Vilvorde rien ne roule.

La compagnie De Lijn signale que la situation pourrait évoluer dans les prochaines heures et conseille donc aux voyageurs de se renseigner sur www.delijn.be.