1.000 euros par jour pour un consultant auprès de la ville de Bruxelles

Il est question d’un nouveau scandale financier à la ville de Bruxelles. Une asbl bruxelloise a versé durant 18 ans un total de trois millions d’euros à un consultant qui occupait également un poste de directeur. C’est l’hebdomadaire Le Vif, qui a pu consulter un audit qui révèle cette affaire. Ce contrat, qui s’apparente à celui d’un faux indépendant, a en outre été conclu sans appel d’offres public.

A la suite de cet audit, la direction de Gial a mis fin, en décembre, à ce contrat conclu une première fois il y a 18 ans. La société de consultance sprl Altera Via gérée par le directeur Michel Leroy percevait 875 euros hors TVA par jour, portés à 1.000 euros par jour ces dernières années après indexation, pour des prestations durant 175 jours par année civile.

Selon Le Vif, les compétences de Michel Leroy ne sont pas remises en cause mais vu la valeur du marché, un appel d'offres public s'imposait. Or, il n'a pas eu lieu. Par ailleurs, le contrat a été reconduit pour une durée indéterminée alors que ce type de marché est censé être révisé régulièrement.

La nouvelle direction de Gial ne comprend pas qu'il ait pu en être ainsi. Elle ne s'explique pas non plus l'ampleur des émoluments. "On peut travailler avec un consultant payé à ce prix-là pendant une ou deux semaines mais pas pendant dix-huit ans", réagit l'administratrice-déléguée Mary-Odile Lognard, en poste depuis août 2017.

Gial a donc cassé le contrat en décembre 2017 et Michel Leroy preste actuellement un préavis de six mois. Gial entend encore s'attacher ses services, aux qualités reconnues, mais son offre sera mise en concurrence et les tarifs acceptés seront revus nettement à la baisse. Enfin, Michel Leroy ne fera plus partie du comité de direction de Gial.

Le Vif observe que depuis 18 ans, c'est sous la tutelle d'échevins socialistes que Gial a exercé son lien contractuel avec Altera Via. En 2008, c'est l'échevine Karine Lalieux qui a apposé sa signature sur la dernière version du contrat. Aujourd'hui, c'est l'échevin Mohamed Ouriaghli qui en sa qualité de président de Gial, avalise les factures au-delà de 7.500 euros, compilées dans la liste globale des dépenses.

Interrogé par la VRT, ce samedi matin, le conseiller communal Bart Dhondt (Groen), dans l'opposition, estime cette affaire scandaleuse. "Durant 18 ans un directeur d’une asbl de la ville de Bruxelles s’est fait rétribuer comme consultant, pas uniquement comme un directeur avec le barème de la ville, mais comme une sorte de faux indépendant et ce pour un montant total de 3 millions d’euros durant 18 ans". Bart Dhondt souligne encore que "ce contrat a été reconduit chaque année par un échevin socialiste".