La grève à la Stib perturbe la circulation dans la capitale

L’action de grève lancée ce lundi par les syndicats socialiste et libéral de la Société des transports intercommunaux de Bruxelles, à la suite de l’échec de la réunion « de la dernière chance » de vendredi avec la direction, perturbe les transports en commun bruxellois et la circulation automobile dans la capitale. Seule la ligne de métro 1 est en service ce lundi matin, tout comme une vingtaine de lignes de tram et environ la moitié des 50 lignes de bus dans la capitale. Le syndicat chrétien ne participe pas aux actions. Pas de piquets de grève aux dépôts de la Stib, mais des barrages filtrants.

Le différend entre personnel et direction de la Stib porte sur divers problèmes opérationnels qui engendrent "un climat social néfaste" au sein de la société des transports en commun bruxelloise. La CGSP estime pour sa part que l'argent du contribuable est gaspillé. "La direction a entendu nos revendications mais n'y a pas répondu. Elle veut rester dans une logique de résolution des problèmes dans le temps, alors que nous voulons des engagements fermes et actions avec effet immédiat", a souligné Stephan De Muelenaere.

Des réunions entre direction et syndicats, organisées mercredi et vendredi derniers, n’ont pas menées à un accord. La grève qui perturbe les transports en commun bruxellois ce lundi a un impact sur la circulation automobile dans la capitale. "Les grands axes bruxellois sont très sollicités et le trafic a été très difficile ce matin, voire à certains moments désastreux", indiquait Touring Mobilis.

Dès 9h30, la situation s'améliorait mais on comptait toujours trois quarts d'heure de bouchons rue de la Loi ou à partir de l'avenue de Tervuren, notamment. Touring Mobilis a comptabilisé plus d'une heure de bouchon sur les grands axes de Bruxelles, tels que l'avenue Charles Quint ou sur l'E40 en direction de Woluwe-Saint-Etienne. "C'est plutôt exceptionnel", soulignait Touring, notamment parce que les petites rues, habituellement moins fréquentées, sont également bloquées.

A 9h, seule la ligne de métro 1 circulait, entre Station de l’Ouest et Stockel. Sur les trois autres lignes, il n’y avait pas encore de métro.

Treize lignes de tram roulaient en début de matinée, soit les 3, 4, 7, 19, 25, 39, 51, 55, 81, 82, 92, 93 et 94. Les bus étaient plus nombreux - une bonne vingtaine de lignes étant en service - soit les 15, 21, 29, 34, 36, 38, 43, 45, 46, 48, 50, 53, 54, 59, 60, 63, 64, 66, 71, 78, 87, 88, 89 et 95. La fréquence est toutefois réduite par rapport à un jour normal, précise la Stib.

Pas de piquet de grève mais des "barrages filtrants"

Aucun piquet de grève n'a été installé ce lundi matin dans les dépôts de la Stib, indiquent les syndicats socialiste et libéral. "Nous ne cherchons pas à bloquer ceux qui travaillent", soulignait Stephan De Muelenaere, secrétaire permanent CGSLB. Des barrages filtrants sont toutefois organisés afin de sensibiliser les employés qui prennent leur service.

"Les seuls chauffeurs qui travaillent sont ceux affiliés à la CSC", qui a décidé de ne pas participer au mouvement, indique Morad Essaouiki, responsable CGSP. "La grève est un grand succès", enchaîne De Muelenaere. "C'est dommage pour les voyageurs, mais parfois il faut frapper fort" pour être entendu, souligne-t-il.

Une réunion entre la direction et les trois syndicats - CGSP, CGSLB, CSC - était prévue ce lundi à 9h30.