Quatre ans de prison pour une femme qui incitait au terrorisme

Le tribunal correctionnel de Bruges a condamné ce lundi une femme de 25 ans originaire de Wallonie à quatre ans de prison, dont la moitié avec sursis, pour incitation au terrorisme. D’après le tribunal, la jeune femme avait invité des personnes radicalisées à commettre des attentats, mais ne faisait pas partie elle-même d'un groupe terroriste.

L'enquête avait débuté en 2013 lorsqu'un profil Facebook suspect avait pu être relié à la prévenue. Sur sa page figuraient notamment des photos d'une ceinture d'explosifs et du commissariat de Wevelgem. La femme participait à onze conversations en ligne où le djihad était prêché.

"Elle était clairement une partisane de l'Etat islamique", d'après le procureur fédéral Jan Kerkhofs. Elle a incité d'autres participants aux conversations à agir. Elle a notamment été en contact avec une femme impliquée dans une attaque manquée à la cathédrale Notre-Dame de Paris.

L'enquête a encore démontré qu'elle était en contact avec des djihadistes dans les zones de combats et qu'elle donnait des conseils sur l'itinéraire à emprunter pour les rejoindre. La défense a évoqué la personnalité faible et la jeunesse difficile de la prévenue. Selon Me Silke Brutin, sa cliente avait surtout besoin de contacts sociaux.

Le tribunal a jugé que la prévenue n'avait pas participé aux activités d'un groupe terroriste et qu'elle n'était donc pas membre de l'Etat islamique. Il a établi qu’elle avait fait de la propagande sur internet, noué des contacts avec des combattants et offert son soutien à des suspects français de terrorisme.

Les faits ont été qualifiés d'incitation à commettre des actes terroristes. La jeune femme a finalement été condamnée à quatre ans de prison, dont la moitié avec sursis. Elle devra également se conformer à une série de conditions, comme le suivi d'un processus de déradicalisation.