Enterrement annulé suite à la découverte d'un obus au cimetière d'Avelgem

Les funérailles d’un habitant d’Avelgem (Flandre occidentale) ont dû être interrompues, samedi dernier, parce que les fossoyeurs ont découvert un obus en creusant la tombe. Le bourgmestre a fait fermer le cimetière. Ce mardi, le service de déminage de l’armée (SEDDE) se rendra sur place pour évacuer l’engin explosif et l'enterrement pourra se poursuivre.

Le choc a dû être grand pour les proches du défunt qui devait être enterré samedi dernier au cimetière d’Avelgem.

La cérémonie avait commencé mais a dû être interrompue suite à la découverte par les fossoyeurs d’un obus datant de la Première Guerre Mondiale. Heureusement le service religieux a pu se poursuivre comme prévu.

Le bourgmestre d’Avelgem Lieven Vantieghem (CD&V) a décidé de faire fermer le cimetière par mesure de sécurité.

C'est en principe le service de déminage de l’armée (SEDDE) qui évacue les projectiles tels que les obus des guerres mondiales et procède ensuite à leur destruction contrôlée à Poelkapelle.

Mais le SEDDE a déclaré ne pas avoir été contacté le week-end dernier par la commune d’Avelgem ni par la zone de police compétente. "S'ils nous avaient appelé samedi, nous aurions été là dans une heure et les funérailles puvaient se poursuivre comme prévu. Nous regrettons que cela ait dû se dérouler de cette façon", déplore Ronny Sarrazijn du SEDDE.

Le bourgmestre d’Avelgem Lieven Vantieghem avait pourtant donné l'ordre, par l'intermédiaire de la police locale, de prévenir le SEDDE samedi. Mais une erreur de communication a dû se produire. Les funérailles du défunt auront finalement lieu ce mardi. Les frais supplémentaires engagés seront à la charge de la commune d'Avelgem.