De grandes enseignes et la police collaborent contre les bandes organisées

Dix chaînes de magasins coopèrent discrètement depuis bientôt deux ans avec la police fédérale pour lutter contre les bandes organisées itinérantes. La méthode testée sous forme de projet pilote a prouvé son efficacité et va désormais être étendue à tous les commerçants, indique la Fédération belge du commerce et des services, Comeos. L’information rapportée par les quotidiens Het Laatste Nieuws et Le Soir a été confirmée à la VRT.

Le principe de la coopération entre les chaînes de grands magasins et la police fédérale est simple: lorsque les commerçants croient faire face à une bande organisée, et non à des voleurs isolés, ils en informent la police via une plateforme en ligne sécurisée. Ils peuvent y partager des images de caméras de surveillance, des photos ou des descriptions de faits criminels. La police analyse ensuite ces données, à la recherche de liens potentiels.

Dix grandes chaînes de magasins ont pris part au projet-pilote, lancé à l'initiative de la Fédération belge du commerce Comeos, avec la collaboration de la police, en mai 2016. Le projet a reçu l'approbation du ministère de l'Intérieur.

Depuis cette semaine, tous les membres de la Fédération peuvent y participer, et notamment les pharmacies et les banques. Depuis le lancement de la plateforme, baptisée "Commerce Information Network" (COMIN), quelque 2.000 faits ont été signalés.

"Nous n’avons pas le monopole de la sécurité", estime la police

"La collaboration avec la police se déroule de manière très positive. Chaque signalement est traité par la police. Dans la moitié des cas, cela a conduit à un résultat effectif, ce qui constitue une réussite à la lumière des statistiques en matière de criminalité", se félicite le CEO de Comeos, Dominique Michel.

La police fédérale se déclare également satisfaite de cette coopération. "Pour nous, il est intéressant de pouvoir assembler des morceaux de puzzle provenant de diverses chaînes de magasins. Parfois c’est Colruyt qui possède la photo parfaite d’un visage et Mediamarkt celle de la voiture, par exemple", indique Peter De Waele de la police fédérale. Les supermarchés sont d’ailleurs moins frustrés, parce qu’une suite est donnée à chacune de leurs plaintes. "Ils ne mettent plus des photos illégales sur l’internet, et les voleurs ne savent pas que des informations cruciales circulent à leur sujet".

Supermarchés sans caisse chez Spar

D'ici peu, des clients pourront faire leurs achats dans plusieurs supermarchés Spar sans passer par la caisse, indiquait jeudi De Tijd sur son site internet. Les achats seront scannés et comptabilisés via une application. L'argent des courses sera automatiquement déduit du compte bancaire.

Les magasins Spar appartiennent au groupe belge Colruyt. C'est la première fois que le groupe de supermarchés expérimente cette méthode de paiement en Belgique. Plusieurs magasins seront équipés d'un système sans caisses d'ici quelques semaines.

"Les clients qui ne veulent acheter que quelques produits gagneront ainsi beaucoup de temps", explique Dirk Depoorter, responsable pour la chaîne Spar chez Colruyt.