L’enquête sur la mort suspecte d’un Belge en Inde dans l’impasse

Dans son émission télévisée "Terzake", la VRT est revenue vendredi soir sur une enquête ouverte par la justice anversoise il y a près de deux ans à la suite du décès suspect du Belge Danny Byltjes (photo), alors qu’il était en voyage en Inde en 2016 pour son travail. L’autopsie réalisée en Inde avait fait état d’une mort naturelle, mais celle réalisée en Belgique en vue de sa crémation a révélé une mort violente et de la disparition d’organes du corps de la victime.

Danny Byltjes était arrivé en Inde en février 2016, afin de donner une formation à des collègues indiens, pour le compte de l’entreprise Power Climber spécialisée dans les éoliennes. Lors du premier jour de cette formation, le Belge fut pris de douleurs au ventre et était finalement conduit dans un hôpital de Jamnagar par des collègues indiens. Son décès y était ensuite constaté, alors qu’il se serait produit pendant le transport.

Selon les autorités indiennes, il s'agissait d'une mort naturelle. La version d'un médecin légiste belge est cependant différente. Selon lui, Danny Byltjes est décédé "des suites de coups importants qui ont perforé le foie et mené à une fracture du crâne au niveau du lobe occipital gauche", apprenait la VRT du rapport du légiste. Un juge d'instruction anversois a ouvert une enquête pour assassinat.

Quelques mois plus tard, la veuve de Danny Byltjes a en outre appris que le cœur et les reins manquaient dans la dépouille de son époux. Un juge d'instruction anversois avait prévu de se rendre en Inde, muni d'une commission rogatoire. Mais il n'est toujours pas parti, deux ans après les faits.

Les autorités indiennes n'ont en effet toujours pas donné leur feu vert, malgré les démarches de l'ambassade belge.