Opération de police à Zeebrugge : 36 migrants appréhendés

Une opération effectuée jeudi dans la région de Zeebrugge a mené à l'interception de 36 migrants, indiquait vendredi soir la section brugeoise du parquet de Flandre occidentale. Une contrôleuse de la société de transports en commun De Lijn a été légèrement blessée à la main au cours de cette action. Les migrants, qui tentaient de passer en Grande-Bretagne, affirment notamment être originaires de Libye, Tunisie, Syrie, du Maroc et d’Erythrée.

Trente-sept policiers locaux et fédéraux ont pris part à cette opération dans la région portuaire en Flandre occidentale, assistés d'un chien et d'un drone. L'Office des étrangers a aussi joué un rôle.

Parmi les 36 personnes appréhendées, 20 ont affirmé être originaires d'Algérie. Les autres ont déclaré venir de Libye, de Palestine, du Maroc, de Syrie, de Tunisie et d'Erythrée. Une des personnes contre laquelle courait un ordre de capture a été mise en prison.

Jeudi matin, avant le début de l'opération, quatre migrants avaient été découverts dans un local inoccupé. Deux autres personnes de nationalité albanaise qui tentaient de pénétrer dans le port de Zeebrugge ont aussi été interpellées alors qu'elles se trouvaient dans une zone appartenant à l'entreprise P&O Ferries.

Pendant l’opération, un migrant repéré à Blankenberge a pris la fuite, blessant légèrement à la main une contrôleuse de la société flamande de transport en commun De Lijn.