De l’ADN allemand pourrait aider à résoudre 934 affaires belges

D’après les chiffres du ministre de la Justice Koen Geens (CD&V), la coopération entre l’Allemagne et la Belgique pour un échange automatique des profils ADN de suspects et de personnes condamnées a déjà conduit à de possibles avancées dans 934 affaires pénales, alors que cela ne fait que deux ans que les deux pays collaborent dans ce domaine. L’information est relayée par le quotidien De Tijd.
TEK IMAGE/SCIENCE PHOTO LIBRARY

Depuis avril 2016, la Belgique échange avec l'Allemagne des dizaines de milliers de profils ADN de suspects et autres condamnés, ce qui a donné lieu à 4.870 concordances. Nonante-neuf pour cent de ces correspondances ont déjà été transmises aux magistrats compétents.

Grâce à ces résultats, 934 affaires pénales ont pu être relancées ou clôturées avec succès, a indiqué le ministre de la Justice Koen Geens (photo) en réponse à une question parlementaire de Gautier Calomne (MR).

De leur côté, les Allemands ont déjà pris contact à 251 reprises avec la Belgique à la suite de profils ADN ayant donné lieu à une correspondance.