Le fisc pourchasse les investisseurs en cryptomonnaies

Les Finances s’intéressent de plus près aux Belges qui investissent dans les monnaies virtuelles utilisables sur un réseau informatique décentralisé, de pair à pair. Les plus connues sont sans doute les bitcoins. De premiers dossiers ont été ouverts. D’autres pourraient suivre, indiquent les quotidiens De Standaard et Het Nieuwsblad ce vendredi.

Trois dossiers seraient déjà à l'étude et un quatrième dossier aurait été classé sans suite par l'Inspection spéciale des impôts. Quiconque spécule sur le marché des cryptomonnaies doit payer 33% de taxes sur les gains dégagés, et les déclarer dans la rubrique "revenus divers" de sa déclaration d'impôt.

Ces règles ont été introduites en fin d'année dernière. Mais il est difficile pour l'inspection de les mettre en œuvre, car la gestion des actifs en cryptomonnaies se fait via des plateformes étrangères opaques. Cependant, le fisc a l'intention de renforcer ses contrôles en la matière.

"C'est un monde où l'administration fiscale a tout à faire", reconnait Francis Adyns, porte-parole du service publique fédéral Finances. Dans le cas des trois enquêtes en cours, les informations fiscales des Belges ont été transmises par une administration étrangère. Mais l'inspection spéciale compte aussi bientôt s'adresser directement aux plateformes boursières pour obtenir des informations sur les Belges.

AP2013