Voile à l’école: "Je suis contre, même si la N-VA ne partage pas ma position"

Invité vendredi soir sur le plateau de l’émission "De afspraak" (VRT), le Secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration Theo Francken (N-VA) s’est clairement déclaré en faveur d’une interdiction du port du voile dans les écoles de l’enseignement flamand. D’après lui, l’islam est en outre un sujet qui préoccupe véritablement les gens en Flandre.

Le débat autour du port du voile à l’école n’avait jamais vraiment disparu en Flandre. Il a toutefois été ravivé par la récente décision judiciaire d’autoriser onze jeunes filles à porter le voile dans leurs écoles secondaires à Maasmechelen (Limbourg). Hier, GO ! Onderwijs, le pouvoir organisateur de l’enseignement officiel en Flandre, a décidé d’interjeter appel contre la décision du tribunal correctionnel de Tongres.

Sur le plateau de la VRT, Theo Francken a réagi à cette affaire: "La position du parti est que chaque école a la possibilité de choisir. Mais si vous me demandez mon avis personnel, je peux vous le dire : je suis pour une interdiction du voile à l’école. Si on me pose la question, je l’introduirais", a-t-il commenté.

"Je crois que de nombreuses filles portent le voile de par leur propre volonté. Mais s’il y a ne fut-ce qu’une fille qui le subit, suite à la pression des parents, d’un frère, d’un amis, cela pose problème".

Droit des parents

D’après Mieke Vanhecke (CD&V), ancienne patronne de l’enseignement catholique flamand, les parents ont le droit de faire des choix pour leurs enfants. A ses yeux, il s’agit là d’un "droit fondamental" pour les géniteurs.

"Que fait-on alors si des parents décident que leur fille ne peut pas aller à la natation si le cours est mixte ? Et si des parents décident que leur enfant ne peut suivre un cours que s’il est donné par un enseignant du même sexe ?", répond le secrétaire d’Etat. "Jusqu’à où cela peut-il aller ?"

"L’islam préoccupe les gens"

La N-VA est parfois critiquée pour ses positions jugées proches de celles du parti d’extrême droite Vlaams Belang, notamment concernant la place de l’islam dans la société. "Nous ne sommes pas un parti anti-islam", s’est défendu Theo Francken. Selon ce dernier, il existe toutefois un problème non pas "avec" l’islam, mais "dans" l’islam. "Le wahabisme et le salafisme posent problème", a-t-il précisé.

"C’est un débat vraiment très important. Je vais souvent tenir des discours partout en Flandre. Et je reçois toujours des questions à ce sujet. Les gens sont vraiment préoccupés par l’islam", a-t-il encore commenté.