Un prix Nobel appelle la Belgique à ratifier le traité d’interdiction des armes nucléaires

Daniel Högsta, lauréat du prix Nobel de la paix en 2017, ainsi que 18 bourgmestres du Westhoek (Flandre occidentale) demandent au gouvernement fédéral de signer le traité de l’ONU sur l’interdiction des armes nucléaires. Leur appel a été lancé à l’occasion de la veillée pour la paix, à Langemark-Poelkapelle, organisée sous le signe de "la paix et la politique".

Daniel Högsta est coordinateur de l’ICAN, la Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires, qui a obtenu le prix Nobel de la paix l’an dernier. L’homme et son organisation ont notamment été récompensés pour la mise en place du traité de l’ONU pour une interdiction des armes nucléaires, un texte qui n’a, à ce jour, toujours pas été signé par la Belgique.

Lors de la 11e veillée pour la paix, qui se déroulait ce week-end à Langemark, Daniel Högsta, venu de Genève, et 18 bourgmestres du Westhoek ont appelé le gouvernement fédéral à ratifier le traité. Ce dernier a été approuvé par 122 pays sur 192. Parmi les Etats qui ont refusé de le faire, on retrouve principalement des puissances nucléaires, que la Belgique a choisi de suivre.

Douze veillées pour commémorer la Grande Guerre

A l’occasion des 100 ans de la Première Guerre mondiale, la commune de Langemark-Poelkapelle organise, entre 2014 et 2018, douze veillées pour la paix. Elle entend dans ce cadre remémorer le conflit, et le placer sous une perspective d’actualité. Chaque veillée est portée par un thème lié à la paix.

La 11e veillée pour la paix se tenait ce week-end sous le signe de "la paix et la politique". Avec le slogan "OUI à la politique qui investit dans la PAIX", les organisateurs désirent faire réfléchir sur la responsabilité des politiques dans la création d’une société pacifique. Une attention particulière est dans ce cadre portée à la problématique des armes nucléaires, qui revient depuis quelques temps sur le devant de la scène.